Retraites: Dominique de Villepin appelle à un "compromis" sur le passage de 65 à 67 ans

Publié le par P.A.

Dominique de Villepin a appelé dimanche à un "compromis" pour le projet de loi sur les retraites, portant sur une "correction" ou même un "effacement" du relèvement de 65 à 67 ans de l'âge auquel on pourra partir avec une retraite sans décote, selon la réforme du gouvernement.

"Il y a deux mesures d'âge importantes 60-62 ans, c'est le report de l'âge légal de départ à la retraite et 65-67 ans pour partir sans décote avec une retraite à taux plein, je pense que le deuxième seuil pourrait être largement corrigé, voire même effacé, dans la mesure où c'est la source de la plus grande injustice", a déclaré l'ancien Premier ministre, invité de "C'Politique" sur France 5.

"Pour ce qui concerne tous ceux qui ont connu la précarité, des carrières incomplètes et en particulier les femmes, 50% des femmes ont des carrières incomplètes, il y a là je crois l'espace que pourrait offrir un compromis en matière de retraite", a-t-il poursuivi.

Selon M. de Villepin, "le choix aujourd'hui est ouvert entre soit maintenir une position ferme, dure, rester droit dans ses bottes, ou au contraire montrer qu'on a entendu le mécontentement qui va très au-delà des manifestants, la frustration qui existe chez les Français, voire même une certaine dépression dans le pays, et donc faire quelques gestes qui soient susceptibles de marquer l'apaisement".

"Mon sentiment c'est que cette réforme offre aujourd'hui la possibilité d'un compromis", a-t-il dit.

Interrogé sur ce que pourrait dire ce dimanche soir le Premier ministre François Fillon, M. de Villepin a répondu qu'il y avait "des moments où on peut saisir une opportunité", la discussion continuant de courir au Sénat.

"Si l'on voulait s'assurer que cette réforme puisse effectivement passer, voire être mieux comprise qu'elle ne l'est, il faudrait des gestes supplémentaires", a-t-il dit.

Il a reproché à la réforme gouvernementale un "manque de volet emploi" (jeunes, seniors), et l'absence, selon lui, du "grand projet de société que nous attendions (...), une retraite par points, une retraite à la carte (...), il y avait là la possibilité peut-être de plus d'audace qui aurait rassuré les Français pour l'avenir".

 

Source: AFP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article