Présidentielle 2012 : Villepin déçoit ses troupes

Publié le par P.A.

L’ex-Premier ministre laisse toujours planer le doute sur ses ambitions présidentielles. Mais la plupart des militants n’y croient plus.

 

« C’est très vraisemblable, c’est très très vraisemblable », répondait Dominique de Villepin en septembre lorsqu’on l’interrogeait sur sa participation à la course à l’Elysée. Trois mois plus tard, le ton du fondateur de République solidaire s’est nettement infléchi. « Chacun fait les paris qu’il veut, ma décision est libre et indépendante », a-t-il lâché récemment, en répétant inlassablement qu’il s’exprimerait « à la fin de l’année ou au début de l’année prochaine ».

Ajoutez à cela des retrouvailles discrètes avec Nicolas Sarkozy à la résidence présidentielle de La Lanterne, à Versailles : il n’en fallait pas plus pour convaincre les « villepinistes » de la capitulation de leur poulain. « De l’avis général, tout le monde pense que c’est fini et qu’il est en train de négocier, confie l’un de ses proches. D’ailleurs, il dit qu’il “s’exprimera” et non pas qu’il se “déclarera”, ce qui ne laisse guère de doute sur ses intentions. » Selon cette même source, « les troupes se raréfient, les fédérations de République solidaire ne se réunissent même plus. Les militants sont très déçus ».

 

"Il n’a renoncé à rien"

 

L’entourage de Nicolas Sarkozy, lui, laisse filtrer que les anciens frères ennemis se rencontrent pour échanger sur la politique internationale. Le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, qui fut le directeur de cabinet à Matignon de Villepin, a même tendu la main à ce dernier, estimant qu’il devait avoir « une place dans la campagne » du chef de l’Etat. Démentant les rumeurs persistantes, le responsable du projet présidentiel de l’UMP a précisé que le parti ne négocierait pas le retour de l’ancien Premier ministre en lui « offrant des postes » mais en faisant « une place à ses idées ».

Un discours qui a suscité la colère de plusieurs fidèles. « Les propos de Bruno Le Maire n’engagent que lui. J’imagine mal Dominique de Villepin en train de coller les affiches pour la présidentielle », s’agace le député Jean-Pierre Grand, qui l’a remplacé à la tête de République solidaire. « Les rumeurs de rapprochement avec Sarkozy ne sont pas nouvelles. François Bayrou le voit aussi et personne n’en parle ! On cherche à semer le trouble parmi nos partisans, parce que Dominique dérange », fait valoir un autre membre de son entourage. Et de conclure : « Il n’a renoncé à rien. Sa décision est prise, mais ce n’est pas le moment de l’annoncer.»

 

Source: Marie-Laure Hardy, France Soir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article