Pour Dominique de Villepin, «Sarkozy est un des problèmes de la France»

Publié le par P.A.

«Je dis que Nicolas Sarkozy est aujourd'hui un des problèmes de la France, et parmi les principaux problèmes qu'il faut régler». Habitué des réquisitoires sans concession contre le chef de l'Etat, Dominique de Villepin n'a pas failli dimanche matin sur Europe 1. «Cette parenthèse politique que nous vivons depuis 2007 doit être refermée», a plaidé l'ancien premier ministre, devenu au fil des mois l'un des opposants les plus virulents du chef de l'Etat, qui le soupçonne d'avoir monté l'affaire Clearstream pour l'empêcher d'accéder à l'Elysée. «L'homme que j'ai connu vaut mieux que cela. Il n'a pas atterri depuis qu'il est à l'Elysée», a renchéri Dominique de Villepin, qui dénonce l'absence de prise de Nicolas Sarkozy avec la réalité.

«Les résultats ne sont pas là, notre pays est amoindri, nous sommes divisés, nos principes sont affectés», fustige l'ex-locataire de Matignon, qui «veut se battre pour remettre le pays à l'endroit». «Nous avons besoin de nous consacrer tous ensemble à l'essentiel. Or, nous nous divertissons: regardez le spectacle pitoyable de la vie politique française», à l'image du feuilleton du remaniement. «On n'a jamais vu une compétition ministérielle qui s'étale aux yeux de tous pendant quatre mois», remarque le président de République solidaire, qui reste un membre de l'UMP. «Nicolas Sarkozy, en voulant s'arroger l'ensemble des pouvoirs, a troqué sa fonction de Président pour celle de premier ministre. Personne n'exerce, aujourd'hui en France, la responsabilité de président de la République», assène-t-il.

 

Levée du secret défense dans les affaires d'espionnage de journalistes

 

Autre crise mal gérée, selon Dominique de Villepin, la réforme des retraites. «Le conflit va laisser des traces, ce qui conduira sans doute à l'application de la réforme très différente de ce qui a été prévu du texte original. C'est une victoire à la Pyrrhus. Nicolas Sarkozy est vainqueur dans sa tête. C'est une très mauvaise chose pour lui», prédit-il. L'ancien premier ministre n'est pas non plus favorablement impressionné par les derniers développements de la polémique sur l'espionnage des journalistes, dont le Canard enchaîné accuse l'Elysée d'être responsable. Interrogé sur la plainte de Claude Guéant contre Medipart, Dominique de Villepin avoue ne pas comprendre la démarche de son successeur au secrétariat général de l'Elysée. «Il n'y a pas moyen de faire la lumière sur ce dossier», observe-t-il.

C'est pourquoi, Dominique de Villepin encourage la levée du secret défense pour savoir comment a été identifiée la source du journal Le Monde dans l'affaire Bettencourt. «Allons jusqu'au bout. Quand la Direction centrale du renseignement intérieure est sollicitée pour des affaires privées qui concernent le chef d'Etat, on prête le flanc au soupçon, Un mauvais pli a été pris», regrette-il. Une éventuelle candidature de Dominique de Villepin à la présidentielle de 2012 dépendra de l'issue du procès en appel de Clearstream, qui se tiendra en mai prochain.

Les propos de l'ancien premier ministre ont provoqué une levée de boucliers à l'UMP dimanche. Même dans son propre camp, l'embarras est palpable.

 

Source: Le Figaro

Publié dans Interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article