Dominique de Villepin prépare son retour sur la scène politique

Publié le par P.A.

Alors que le jugement d’appel dans l’affaire Clearstream sera rendu le 14 septembre, l’ancien premier ministre organise le 19 juin une convention de son parti. Les spéculations vont bon train sur un rapprochement éventuel avec Jean-Louis Borloo.

Dominique de Villepin alterne les rendez-vous politiques et judiciaires. Le jugement d’appel dans l’affaire Clearstream ayant été mis en délibéré au 14 septembre, l’ancien premier ministre peut de nouveau se consacrer à la politique en réunissant une convention de son parti, République solidaire, le 19 juin prochain à la Maison de l’Amérique latine à Paris. Un an jour pour jour après sa création. Et quelques semaines après la fin du procès d’appel, tout comme en octobre 2009 le procès de première instance avait été suivi du lancement du Club Villepin, à la Maison de l’Amérique latine également.

Pour l’heure, Dominique de Villepin « se pose un peu avant de repartir plus actif que jamais », explique l’ancien ministre Brigitte Girardin, secrétaire générale de République solidaire. Ses proches le reconnaissent en effet : tout procès est par nature « une épreuve ». C’est dimanche prochain qu’il devrait opérer son retour sur la scène politique, à l’occasion du Grand Jury RTL-LCI-Le Monde.

« Dominique de Villepin se serait bien dispensé de passer un mois au tribunal plutôt que d’aller à la rencontre des Français », poursuit Brigitte Girardin. De fait, l’éventuel candidat à l’élection présidentielle devrait rapidement reprendre ses déplacements. Le 1er mai, il a d’ailleurs discrètement réuni à Paris les responsables départementaux de son parti. « Le terrain, c’est fondamental, insiste le député Jacques Le Guen. C’est comme cela que Jacques Chirac a gagné en 1995. »

« S’il se présente, nous aurons en 2012 face à face deux hommes d’État : Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, expose le député Jean-Pierre Grand. Comme autre grosse pointure politique, il n’y avait que Dominique Strauss-Kahn. Une élection présidentielle, ce n’est pas une élection cantonale dans le Maine-et-Loire ! »

« En 2007, il n’avait pas envie. Pour 2012, il est déterminé à présenter une alternative aux Français, il a la niaque », renchérit Jacques Le Guen.

Quant aux rumeurs d’un ralliement à une candidature de Jean-Louis Borloo, le dernier carré de villepinistes l’écarte d’un revers de main. « Jean-Louis Borloo ne sera pas candidat », assure l’un d’eux. « Ils se voient régulièrement, reconnaît un autre. Nous sommes ouverts à tout le monde et nous sommes prêts à faire un bout de chemin avec tous les gens de bonne volonté, qu’ils viennent de droite, de gauche ou du centre. »

En attendant, République solidaire vient d’emménager dans un nouveau siège parisien, rue du 8-Mai-1945. « La date de la victoire », souligne Brigitte Girardin.

 

Source: La Croix, Laurent de Boissieu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article