Dominique de Villepin le 03/06/2010 sur I-Télé

Publié le par P.A.

Niches fiscales: une approche "à l'aveugle"

 
L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a dénoncé jeudi le coup de rabot sur les niches fiscale annoncée par son successeur à Matignon François Fillon, jugeant que "cette approche à l'aveugle" est "tout à fait inappropriée".

M. de Villepin s'est dit "très gêné" par "l'idée qu'on puisse gérer l'Etat avec un rabot, aveuglément". "Tout ça me met très mal à l'aise, j'ai le sentiment qu'il y a là une forme de mépris pour l'Etat", a-t-il déclaré.
M. Fillon a annoncé, dans une interview jeudi à l'Est républicain, un "coup de rabot" général de 10% sur toutes les niches fiscales à quelques "exceptions" près et la suppression de certaines "au cas par cas".
"Cette approche à l'aveugle parce qu'on n'ose pas choisir est, je trouve, tout à fait inappropriée", a-t-il ajouté évoquant également les réductions d'effectifs dans la Fonction publique.
 
Xynthia: "la valse hésitation de l'Etat"

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a critiqué aujourd'hui "la valse hésitation de l'Etat" concernant le sort des maisons situées en zone inondable après le passage de la tempête Xynthia en février sur les côtes de Vendée et de Charente-Maritime.
"Ce que je regrette dans cette affaire c'est la valse hésitation de l'Etat", a déclaré M. de Villepin, interrogé sur l'attitude du gouvernement qui semble avoir infléchi sa position dans ce dossier.
"La parole de l'Etat doit être crédible", elle "ne doit pas être négociable, elle doit défendre l'intérêt général", a ajouté l'ancien ministre puis chef du gouvernement de Jacques Chirac (2005-2007). "On a le sentiment que ce qui était urgent et nécessaire est aujourd'hui moins urgent et moins nécessaire et il n'est pas très facile de s'y retrouver", a-t-il poursuivi.
Il a indiqué avoir "le sentiment que l'Etat n'a peut-être pas suffisamment pris le temps indispensable pour définir exactement ce qui est impératif et ce qui ne l'est pas". "Souhaitons simplement que dans les prochaines semaines, les prochains mois, la véritable règle pourra être fixée", a conclu M. de Villepin.
 
Source: AFP - Le Figaro
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article