Affaire Clearstream : D. de Villepin s'oppose à un «tribunal d'exception»

Publié le par P.A.

Vendredi, l'ancien premier ministre a prévenu qu'il s'opposerait «extrêmement vigoureusement à la constitution d'un tribunal d'exception». Au motif d'audiences surchargées à la cour d'appel de Paris, la justice envisage en effet de confier ce procès à trois juges spécialement choisis.

 

«Je réagirais extrêmement vigoureusement à la constitution d'une cour spéciale, d'un tribunal d'exception qui constituerait un véritable déni de justice», a déclaré l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac devant des journalistes en marge d'un déplacement dans le Maine-et-Loire.

«Nous serions en présence de quelque chose de scandaleux dans un Etat de droit», a insisté le président de République solidaire (RS).

«Nicolas Sarkozy a instrumentalisé l'ensemble de ce dossier»

Il a rappelé qu'en première instance, cette affaire de dénonciation calomnieuse avait été jugée par la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris et qu'en appel «la règle veut que l'on saisisse la 11e chambre» de la cour.

Dominique de Villepin en a profité pour renouveler ses attaques envers Nicolas Sarkozy, son ennemi de toujours. «J'ai pu mesurer à quel point Nicolas Sarkozy a instrumentalisé l'ensemble de ce dossier. Je sais dans quelle circonstance c'est à l'Elysée que la décision d'appel a été prise et imposée au procureur de Paris Jean-Claude Marin», a encore affirmé Dominique de Villepin. Le Premier ministre soupçonne le président d'avoir fait pression sur le parquet pour qu'il fasse appel du jugement au lendemain de son acquittement.

«Je n'accepterai pas de nouvelles manipulations dans le dossier et comme tout citoyen, je veux être jugé selon les règles de la justice ordinaire», a-t-il ajouté.

 

Source: Le Parisien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article