Dominique de Villepin revendique l'héritage chiraquien

Publié le par P.A.

Le premier ministre, Dominique de Villepin, le 21 mars 2006. | AP/CHRISTOPHE ENA

Dominique de Villepin s'ennuie. Même pendant les conseils des ministres. Ostensiblement penché sur les épreuves d'un livre qu'il envisage de publier - sur sa vision du monde -, M. de Villepin relit, biffe, rature, indifférent à la séance en cours. La semaine passée, Jacques Chirac lui a même fait passer un message lui demandant s'il souhaitait intervenir. Sans lever les yeux, M. de Villepin a fait "non" de la tête.

Quelle place le premier ministre peut-il jouer dans la campagne, au sein d'une droite tout entière ralliée à Nicolas Sarkozy ? Jeudi 1er mars, lors de sa 19e conférence de presse mensuelle, il a, une nouvelle fois, martelé sa mission : "Je resterai jusqu'au dernier jour le premier ministre de la bataille pour l'emploi." Rappelant l'objectif d'un taux de chômage à 8 % avant la fin 2007, il a annoncé la tenue, mardi 6, d'une nouvelle "conférence de la croissance".

Mais il a aussi tenu à prendre date pour l'après-2007. Après le discours de M. Sarkozy la veille, il a revendiqué l'héritage chiraquien en matière de politique étrangère. "Depuis bientôt douze ans, la France a su faire entendre avec force une voix différente dans le monde, qui a porté l'espoir et la justice pour les peuples", a-t-il affirmé, incluant implicitement sa propre contribution, notamment le discours contre la guerre en Irak à l'ONU en 2003. "Cette voix, ne la laissons pas s'affaiblir", a-t-il ajouté.

Selon plusieurs ministres, M. de Villepin refuse de s'engager dans le combat des législatives de juin. "Le suffrage universel, ce n'est pas honteux tout de même !", lui a répondu un ministre. "Ce ne sera pas pour ce coup-là", a-t-il répliqué en substance. "Villepin ne veut pas se banaliser, rentrer dans le rang d'un groupe parlementaire, il veut pouvoir revendiquer son indépendance et sa liberté de parole", décrypte un proche.

Source: Le Monde

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Dominique de Villepin a raison de se comporter comme cela . Il doit rien à ses ministres et encore moins aux élus de l'UMP . je suis préssé qu'il ne soit plus Premier ministre pour qu'il regagne totalement sa Liberté . De toute façon les personnes qui ne le suivent pas aujourd'hui ont pas conscience de ce qu'ils ratent . ..
Répondre
L
La baguette magique ou la tromperie !<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> Nous ne retrouvons pas l’effet « baguette magique » qu’au travers du programme annoncé par l’élu de l’UMP (retour au plein emploi, zéro SDF, accession à la propriété pour tous, aides en tous genres, baisse des impôts, baisse du déficit, retour au bercail de tous les ressortissants…) mais aussi au travers de l’identité même du candidat !!<br /> Avant, nous avions Nicolas Sarkozy ou la rupture, maintenant nous avons Nicolas Guaino ou tout devient possible, demain nous aurons Henri Sarkozy ou l’échec assuré !!!<br /> <br />  <br /> <br /> Le seul risque pour Dominique de Villepin, c’est de gagner !<br /> <br />  <br /> <br /> Dominique de Villepin ou une certaine vision de la France
Répondre