Le ralliement de Sarkozy à Villepin

Publié le par P.A.

Ces derniers temps on assiste à une "Villepinisation" de Nicolas Sarkozy, il y a eu l'épisode du CNE que le candidat UMP prenait pour exemple tout en saluant son succès incontestable. Il y a aussi la réforme des Universités, où le programme du candidat reprend toutes les propositions de Dominique de Villepin (autonomie, bourses, aides aux étudiants...). On ne pouvait qu'en être ravi, ces derniers jours Nicolas Sarkozy rejoint les positions de Dominique de Villepin sur d'autres sujets, il s'agit peut être là d'un moyen pour lui de remplir son programme mais souhaitons qu'il continue dans ce sens.

Ainsi sur la question de la police de tranquillité publique:

Alors que son projet de loi sur la « prévention de la délinquance » a été adopté définitivement hier par le Parlement, Nicolas Sarkozy semble avoir un remord : le ministre de l'Intérieur vient en effet de confier une mission à un groupe d'experts afin de jeter les bases d'une « police de quartier ». Ce faisant, en pleine campagne présidentielle, il relance le débat sur la police de proximité, que Ségolène Royal s'est engagée à réinstaller sous le nom de... « police de quartier » (dans son pacte présidentiel présenté le 11 février). Premier signe d'hésitation : à l'automne 2006, le Premier ministre, Dominique de Villepin, avait plaidé pour une « police de tranquillité publique »,  Sans aller jusqu'à rejoindre la proposition du PS de rétablir la police de proximité, il a plaidé pour une police en "contact régulier avec la population", "plus présente et plus à l'écoute", pour "créer un lien de confiance", en particulier dans les banlieues.  Pour lui, la « police de tranquillité » devait rester un « gage de protection, de défense de l'ordre et de la loi ». Ce qui avait précisément été oublié, selon lui, dans le fonctionnement de la police de proximité. C'est Alain Bauer, président de l'Observatoire national de la délinquance (OND) et spécialiste des questions de sécurité, qui a été chargé de la mission. Un groupe de hauts fonctionnaires de la police et d'experts travaillent avec lui. Ils doivent rendre leurs conclusions à la mi-mars.

Ensuite sur les questions internationales, Nicolas Sarkozy continue son mouvement de Villepinisation et de Chiraquisation, il s'agit là d'une question de bon sens tant ses anciennes déclarations étaient dénuées de vision.:

Nicolas Sarkozy a rendu un hommage appuyé au chef de l'État, approuvant, avec quelques nuances, son action diplomatique menée depuis douze ans.

 
Fini « Sarko l'Américain ». Oubliée l'époque où le candidat UMP fustigeait « l'arrogance » de la diplomatie française. En matière de politique étrangère, la rupture n'est plus au programme du candidat UMP. Nicolas Sarkozy a profité de sa conférence de presse sur la politique internationale pour faire oublier son voyage controversé de l'automne dernier aux États-Unis. Il a surtout voulu s'inscrire, sur la plupart des sujets, dans la continuité de l'action de Jacques Chirac.
 
Sur toute une série de sujets sensibles, il a donc recentré ses positions pour coller à celles défendues par le chef de l'État et le Premier ministre: des relations franco-américaines à l'Irak, de l'Iran au Liban et au conflit israélo-palestinien.« J'approuve l'action menée depuis douze ans par le président de la République », a-t-il dit en préambule. Difficile de faire plus clair.
 
Souhaitons que ce mouvement continue et s'amplifie notamment sur la thématique Européenne traitée encore trop à la légère par le candidat Sarkozy. Mais saluons les efforts entrepris tout en soulignant qu'entre la copie et l'original, il aurait mieux valu avoir l'original...
 
P.A.

 

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Salut Florian, <br /> J'ai choisi volontairement le terme "ralliement", pour moi çà signifie que Sarko fait sienne les idées de DDV sans valeur ajoutée. Je maintiens toujours que mieux vaut etre allié que rallié. Je n'aurais pas utilisé ce mot dans l'autre sens car DDV sera au mieux un allié mais jamais un rallié car il a des convictions, lui.
Répondre
F
Salut P.A.,<br /> Je croyais que se "rallier" n'etait pas une chose à faire !?<br />  
Répondre