Jacques Chirac en quelques déclarations

Publié le par P.A.

- Jacques Chirac interviewé par Michel Drucker, pour "Vivement Dimanche", le 11 février 2007 - France 2 -

>>Jacques Chirac évoque ses divergences avec le candidat de l'UMP à l'Elysée Nicolas Sarkozy, notamment sur le libéralisme, les Etats-Unis, le communautarisme et l'immigration, dans un livre qui lui est consacré.

"Si vous regardez de près, il y a beaucoup de points de convergence mais il y a aussi des différences de sensibilité, notamment sur la vision du monde", explique le chef de l'Etat dans "L'inconnu de l'Elysée", ouvrage du journaliste Pierre Péan à paraître aux éditions Fayard, dont l'hebdomadaire Marianne a publié samedi les "bonnes feuilles".

"Sarkozy est spontanément plus libéral que moi", estime ainsi le président de la République, pour qui le libéralisme est "une forme de déviance".

"Je suis convaincu que le libéralisme est voué au même échec que le communisme et qu'il conduira aux mêmes excès. L'un comme l'autre sont des perversions de la pensée humaine", explique le chef de l'Etat, concédant toutefois qu'il "caricature à dessein" en faisant cette comparaison.

"Un bon équilibre, inspiré par la sagesse, se situera à mi-chemin des deux systèmes", estime encore Jacques Chirac.

S'il "existe aussi des différences d'approche, s'agissant notamment de la relation avec les Etats-Unis" et "la question du communautarisme", avec Nicolas Sarkozy, il relève cependant - "et c'est une bonne chose" - des évolutions de la part du ministre de l'Intérieur et président de l'UMP.

Jacques Chirac, auquel Nicolas Sarkozy avait préféré Edouard Balladur lors de la campagne présidentielle de 1995, assure d'autre part qu'"il y a un défaut (qu'il n'a) pas, c'est celui d'être rancunier".

"C'est un sentiment qui m'est totalement étranger", dit Jacques Chirac, qui avait finalement remporté la présidentielle de 1995 et laisse toujours planer le doute sur ses intentions pour la prochaine élection.

Evoquant les "calamités" qui se sont abattues sur l'Afrique - l'esclavage, "les curés et les imams qui se sont rués sur les bois sacrés et ont détruit l'expression culturelle" et "les antiquaires qui ont pillé les oeuvres culturelles" - Jacques Chirac s'exprime contre la politique d'"immigration choisie" défendue par Nicolas Sarkozy.

"Maintenant c'est la dernière étape : on leur pique leurs intelligences en leur distribuant des bourses, et on persiste à dire de ceux qui restent : ces Nègres ne sont décidément bons à rien", explique-t-il.

Au journaliste qui lui demande s'il a évoqué ce sujet avec le ministre de l'Intérieur, Jacques Chirac répond : "Oui, et vous ne m'avez jamais entendu parler d"immigration choisie'".

Autre divergence relevée par le chef de l'Etat: "Je ne crois pas aux sondages, qu'ils soient bons ou mauvais", affirme-t-il. "C'est ma grande différence avec Sarkozy ... Je lui dis toujours: 'Arrête de te fier aux sondages!'"

>>Dimanche, dans l'émmission de  Michel Drucker, le Président a déclaré qu'"Il y a sans doute une vie après la politique ; jusqu'à la mort", levant l'hypothèque sur un 3e mandat. 

Il n'a toutefois pas levé le voile, ayant dit qu'il prendrait sa décision au cours du 1er trimestre.

Jacques Chirac déclare qu'il a "toujours essayé d'agir pour les Français et pour l'idée qu'(il se) faisait de la France".

"Le jour où je n'aurai plus de responsabilités de cette nature, eh bien  j'essaierai de servir la France, les Français d'une autre manière", a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat a rendu hommage à sa femme Bernadette, louant sa "forte personnalité", tout en reconnaissant qu'il "n'est pas un spécialiste de la félicitation conjugale".

"Elle m'a notamment appris en permanence qu'il y avait des gens qui souffraient et qu'il fallait en tenir compte", a-t-il ajouté, en se disant "très  impressionné par la façon dont elle militait en Corrèze", où elle est conseillère municipale et conseillère générale.

Il a également rappelé que sa femme avait été la première en 2002, à lui prédire que Jean-Marie Le Pen serait présent au second tour. Se décrivant comme un homme pressé, il a estimé que le rythme de son épouse "c'est la tortue ; elle prend son temps, et de temps en  temps, ça m'agace".

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Tout le monde s'extasie sur les déclarations de Chirac maintenant qu'il va partir alors que ce qu'il dit est aussi politicien et superficiel qu' auparavant......
Répondre