Allocution lors de la réunion sur la sécurité routière

Publié le par P.A.

Je viens de réunir les ministres concernés par la lutte contre l’insécurité routière avec la déléguée interministérielle Cécile Petit.

En cinq ans, depuis que le président de la République a lancé ce grand chantier, nous avons pu sauver 10 000 vies. C’est un véritable changement de comportement que nous avons réussi à engager, grâce aux efforts des Français. C’est un résultat que tous les autres pays d’Europe nous envient.

Les mauvais chiffres du mois de janvier nous montrent que rien n’est jamais acquis dans ce domaine et qu’il ne faut pas relâcher nos efforts. 48 personnes de plus ont été tuées sur les routes par rapport à l’année dernière : c’est inacceptable. C’est une alerte à laquelle le Gouvernement a voulu réagir immédiatement.

J’ai fixé trois objectifs immédiats :
-  Le renforcement des contrôles, tout particulièrement lors des chassés-croisés des vacances de février qui commencent ce soir pour la zone A.
-  J’ai demandé également que les forces de l’ordre soient visibles sur le bord de nos routes et de nos autoroutes pour inciter chacun à plus de prudence et de responsabilité.
-  Par ailleurs le garde des Sceaux donnera des instructions de fermeté aux Parquets pour que les comportements dangereux fassent l’objet de poursuites systématiques et sévères.

Au-delà de ces objectifs, je me réjouis qu’à la suite des déclarations du président de la République, un véritable consensus se soit formé pour exclure toute amnistie en matière d’infraction routière. La sécurité routière, c’est l’affaire de chacun. Les Français ont changé leur comportement sur les routes. Ils veulent que les pouvoirs publics fassent eux aussi preuve de responsabilité. Nous organiserons donc début mars, avec Dominique Perben, des Rencontres de la sécurité routière avec l’ensemble des partenaires concernés, en particulier les associations les collectivités locales et bien sûr les pouvoirs publics. Elles serviront à définir les mesures nécessaires pour poursuivre dans la durée les améliorations enregistrées sur les dernières années en nous inspirant des exemples européens. Nous devons progresser, nous pouvons encore progresser, si tous les Françaises et les Français respectaient les limitations de vitesse, ce serait 25 % de morts en moins sur les routes.

Dominique de Villepin

Publié dans Action gouvernementale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article