Infirmières bulgares en Libye: Villepin demande à l'UE de se saisir du dossier

Publié le par P.A.

Dominique de Villepin, en visite à Sofia, a demandé que le cas des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien condamnés à mort en Libye figure à l'agenda des prochains grands rendez-vous européens.

Lors d'une conférence de presse dans la salle du conseil des ministres bulgare, le chef du gouvernement français a expliqué avoir demandé au ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy de "saisir" de cette question la prochaine réunion des chefs de la diplomatie des Vingt-Sept, les 12 et 13 février.

Le Premier ministre souhaite qu'elle soit également au menu des conseils européens de mars et de juin. "La France et l'Union européenne ont une responsabilité commune pour que justice soit faite aux infirmières bulgares", a déclaré le chef du gouvernement français.

"Nous avons hâte de voir ces infirmières prendre le chemin de retour vers leur pays", a-t-il déclaré aux côtés de son homologue Sergueï Stanichev. "Il est important de mettre fin à ce calvaire rapidement".

Cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien ont été condamnés à mort en décembre. La justice libyenne les accuse d'avoir délibérément inoculé le virus du sida à des enfants dans un hôpital. L'accusation repose essentiellement sur les aveux des accusés, qui affirment avait été battus et torturés pour signer ces confessions.

"Nous ne sommes pas prêts à accepter qu'elles soient encore retenues si injustement", a dit Dominique de Villepin, évoquant un "affreux malentendu" autour "d'une maladie qui crée encore beaucoup de peurs".

Le Premier ministre a également tendu la main au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi qu'il a rencontré dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de 1989 contre l'avion de la compagnie française UTA.

"J'ai constaté (...) qu'il avait le souci de l'ouverture de son pays, qu'il avait une ambition pour son pays, et j'ai pu mesurer aussi au fil des dernières années à quel point la Libye s'était engagée dans la voie de cette reconnaissance et de cette ouverture internationale", a-t-il rapporté, émettant le souhait que "les plus hautes autorités libyennes (...) puissent mesurer de la façon la plus claire le niveau de l'injustice commis à l'endroit des infirmières".

Sergueï Stanichev a souligné que l'entrée de la Bulgarie dans l'Union, le 1er janvier, faisait de cette question "non plus un problème entre la Bulgarie et la Libye mais un problème entre la Libye et l'Union européenne."

L'annonce des condamnations à mort, mi-décembre, a provoqué un tollé dans le monde et une très vive émotion en Bulgarie.

A l'initiative de plusieurs médias, des rubans aux couleurs du drapeau national marqués de la mention "Vous n'êtes pas seules" ont été distribués pour marquer le soutien aux prisonnières.

Le quotidien Standart diffuse chaque jour l'un des ces rubans qui rappellent ceux utilisés dans la lutte contre le sida. Dominique de Villepin, son homologue et une partie des officiels en portaient un à la boutonnière vendredi à Sofia.

Le mois dernier, le Parlement européen a demandé aux Etats membres de rompre les liens avec la Libye pour l'obliger à libérer les six prisonniers. Mais l'UE, qui s'est émue de leur condamnation, préfère maintenir le contact avec Tripoli.

Jeudi au Parlement européen, le président bulgare Georgi Parvanov a exhorté l'Union à accentuer ses efforts en faveur des enfants libyens malades du sida afin de résoudre cette crise.

La Commission a versé 2,4 millions d'euros à un fonds international d'aide ad hoc. Mais les familles demandent à Sofia 10 millions d'euros par enfant, ce qui, expliquent-ils en se basant sur les règles de l'islam, leur permettrait d'accorder leur pardon aux infirmières.

Le fils du colonel Kadhafi a récemment assuré que les prisonniers ne seraient pas exécutés. La justice bulgare a fait savoir mercredi qu'elle jugerait onze policiers libyens accusés d'avoir extorqué leurs aveux.

Source: Reuters

Publié dans Action gouvernementale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Le seul à se préoccuper de tous les français c'est lui . Qui peut ne pas s'en rendre compte c'est impossible il fait tout en fonction de l'intérêt national et jamais son intérêt personnel passe avant . Sur l'Europe il nous propose un nouveau texte en  accord avec les 26 autres pays pour défendre nos intérêts . Il se présentera sinon il continuerait pas à se démarquer de Nicolas Sarkozy par ses propositions . La bataille il l'a gagnera dans les banlieues et dans la France Rurale . Néanmoins Jacques Chirac devra le soutenir le fera t'il ??? J'éspére car avant tout c'est les français qui doivent sortir gagnant des éléctions . Même si j'y crois pas je me souviens le Témoignage d'une Médium dans le JT de 13 H qui avait dit que le prochain Président de la République ne serait ni Royale ni Nicolas Sarkozy mais un troisième homme pas encore déclaré .
Répondre