A Bucarest, Villepin donne à des étudiants une leçon d'enthousiasme européen

Publié le par P.A.

"Bienvenue dans cette famille qui est la vôtre!": Dominique de Villepin a offert jeudi une leçon enflammée d'enthousiasme européen à quelques centaines d'étudiants roumains venus l'écouter à l'Académie des sciences de Bucarest.

Au long d'une allocution improvisée et volontiers lyrique, le Premier ministre français a eu des accents rappelant son intervention à l'ONU en 2003 contre la guerre en Irak.

Avec l'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne le 1er janvier, a-t-il dit, "je sens bien qu'il y a là quelque chose d'essentiel qui se passe, et qui doit être saisi comme une chance par l'ensemble d'entre vous".

Comme un étudiant lui demandait, dans un français parfait, ce que l'entrée dans l'Europe unie allait "changer" pour son pays, M. de Villepin a pris quelques secondes avant de répondre, dans le silence: "le retour de la Roumanie dans la famille européenne change tout". "Là où vous aviez une possibilité, vous en avez dix", a-t-il continué. "Là où vous aviez un ami, vous en avez 26". Et dans le monde, la Roumanie va se découvrir "un rôle qui, au fur et à mesure, va devenir très différent".

Le voyage du Premier ministre français, en Roumanie jeudi et en Bulgarie vendredi, visait, selon son entourage, à "instaurer, dans cette phase d'entrée, un dialogue aussi fréquent, direct et souple que possible".

Devant les étudiants, Dominique de Villepin s'est attaché à montrer que les nouveaux membres partagent déjà pleinement les "responsabilités" de l'Europe.

"Responsabilité" pour la paix d'abord, car "sans l'Europe, il n'y aura pas de monde juste" ni "de paix". Et "le vrai enjeu européen (...) c'est de bâtir l'ordre mondial". "Nous pouvons changer l'ordre planétaire", a-t-il expliqué, "et l'Europe doit pour cela dépasser ses égoïsmes."

"Une grande politique européenne de l'immigration, c'est vous qui allez la bâtir". Elle ne devra pas consister à "élever des murs", mais à être "généreux", "dans le codéveloppement" avec les pays pauvres, notamment d'Afrique.

M. de Villepin a exhorté les jeunes Roumains à relancer l'idéal européen, évoquant un "projet de traité amélioré" et "qui serait proposé à l'ensemble des peuples européens au même moment".

"Remettre l'Europe sur des rails, c'est remettre l'Europe au service des citoyens", selon lui. Il a souhaité que "le plus possible de jeunes Roumains puissent venir faire une année d'études à Paris"

L'Europe, a-t-il encore expliqué, doit "apporter des réponses aux angoisses des citoyens". Sur les questions sociales ou d'environnement en particulier, a-t-il dit, "il faut donner la preuve aux Européens que l'Europe a bien ce rôle de protection nécessaire"

Pressé de dire ce que signifie être européen, Dominique de Villepin l'a résumé d'une formule: cela change "l'espace de la vie".

En marge de cette rencontre, le politologue Christian Parvulescu avait expliqué à des journalistes que l'effet le plus immédiatement ressenti de l'adhésion par les Roumains, c'est "le droit de circuler hors de Roumanie".

Pour autant, a-t-il tempéré, ils "attendent d'abord des résultats économiques".

Source: AFP

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
l'enthousiasme est nécessaire en politique!
Répondre