La politique du pire

Publié le par P.A.

Que les lieutenants du ministre aient, ou non, commandité une telle enquête afin de chercher à discréditer l'adversaire, n'est d'ailleurs plus l'essentiel. Le vrai problème, c'est qu'en continuant à coiffer ses deux casquettes, celle de 1er flic de France et celle de candidat à l'Elysée, Nicolas Sarkozy court le risque de voir se multiplier ce type de révélations. Tant qu'il restera Place Beauvau, le candidat de l'UMP sera suspecté d'utiliser l'appareil de l'Etat à des fins personnelles - et pas seulement pour ses voyages de ministre-candidat. N'est-ce pas lui qui, en juin 2005, au moment de son retour au ministère de l'Intérieur, prétendait que de la place Beauvau, il serait mieux à même de déjouer « les man?uvres » dont il craignait d'être victime ?

Alors ? Alors oui, disons-le : le moment est venu de mettre fin au mélange des genres. Vite.
Cette affaire a au moins eu le mérite de réveiller des socialistes, jusqu'ici inertes face à la campagne de « bécassinisation » dont leur candidate est victime depuis plusieurs semaines. Elle a permis aussi à François Bayrou de dénoncer « les m?urs des Hauts-de-Seine ». Ce dernier en a profité pour accuser l'UMP de vouloir « acheter » ses amis centristes au prix de « marchandages » peu avouables.

Mais il paraît que tout ça est normal, ma bonne dame, puisqu'on vous dit qu'on est campagne !
 
Source: Marianne Article de Laurent Neumann
 
On voit de plus en plus d'articles et de réactions de ce type, s'alarmant sur le niveau de la campagne électorale, au ras des paquerettes. L'inquiètude monte face aux enjeux que représente 2007. Jusqu'à ces derniers temps, on se contentait d'une multiplication des coups médiatiques: Sarko au Mont St Michel, Sarko en Amérique, Sego au Liban, Sego en Chine, on croyait avoir touché le fond mais non... Toujours pas de vrai débat d'idée, même si, il est vrai, Nicolas Sarkozy donne le change en essayant de s'inspirer de Dominique de Villepin (Irak, CNE, laîcité...) pour animer le débat et donner de l'envergure à sa candidature. Mais c'est quand on croit avoir touché le fond qu'on s'aperçoit que çà peut encore être pire: multiplication des déclarations irréfléchies de Mme Royal et présomption d'abus de pouvoir pour Mr Sarkozy. Continuons ainsi, c'est parfait, les extremes ne pourront que se réjouir de cette tournure ridicule! Il faut rapidement dépasser tout celà!
Il serait vraiment temps de voir intervenir un candidat sérieux, un candidat connaissant la gestion de notre pays, un candidat ayant fait ses preuves, un candidat pour les français. Tous ces évènement redonnent de l'oxygène à une candidature de Dominique de Villepin pour se placer au dessus de ce triste spectacle. Ces derniers jours une telle candidature reprend tout son sens, une manière différente de faire la politique. Les choses bougent rapidement en politique.
 
P.A.

 
Avec Dominique de Villepin, Réalisons la France dont on rêve

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Appel à Jacques Chirac ! APPEL A JACQUES CHIRAC ! Par Gabriel Enkiri* En ce jour de « sacre » du « petit Nicolas », à la Porte de Versailles, je me permets de te tutoyer. Nous sommes tous les deux nés la même année, en 1932, nous sommes tous les deux des anciens du Lycée Carnot, même si j’y suis resté peu de temps avant de retourner dans ma chère Bretagne, à Lorient, un « pays » que j’ai retrouvé en ruines, la ville n’ayant été libérée, comme tu le sais, que le 8 Mai 1945. Par la suite, j’ai adhéré – à quinze ans ! - en 1947 au Rassemblement du Peuple Français fondé par le Général de Gaulle. J’ai vendu le 1er numéro du Rassemblement, de porte en porte, pendant que toi, quelque temps plus tard, tu vendais l’Huma Place Saint-Sulpice à Paris. Puis nous avons permuté ! J’ai adhéré au « communisme », toi au « gaullisme »! En 1967, alors au chômage, un ami commun, Philippe Rossillon me proposa de rejoindre en Corrèze le journal qui allait te soutenir pour ta première campagne électorale législative. J’ai refusé lorsque j’appris qu’il était financé par Marcel Dassault. J’étais encore « sous influence ». De même lorsqu’en 1961, Claude Bourdet et Philippe Viannay, deux grandes figures de la Résistance, me proposèrent d’entrer à France-Soir je ne pus m’y résoudre même lorsqu’ils m’expliquèrent qu’il fallait « noyauter » la grande presse (en prévision d’un putsch possible des partisans de l’Algérie française). Tout cela nous paraît loin aujourd’hui ! Qu’en reste-t-il ? A mes yeux, la leçon que l’on peut tirer de l’action du Général de Gaulle : il faut maintenir la voix de la France pour frayer une voie à l’Humanité hors des impérialismes. Or, c’est le moment où la guerre a déjà commencé, en Palestine, en Irak, au Liban, que le candidat de l’UMP prône l’intégration dans le monde dominé par le plus puissant impérialisme de tous les temps. La « rupture » qu’il préconise, non seulement menace tous les acquis sociaux de notre peuple, déjà bien entamés par la mondialisation, mais elle nous vassalise et nous entraîne à la suite d’un Président en perdition dans un pays qu’il a détruit, à la plus grande satisfaction des inconditionnels du « Grand Israël ». L’expédition insensée entreprise contre l’Irak nous conduit tout droit vers une guerre de « grande envergure ». Nicolas Sarkozy, qui n’a jamais caché sa fascination pour la grande puissance d’outre-atlantique, n’est pas en mesure psychologiquement de résister avec tous les autres peuples contre l’assaut des boutefeux, d’autant plus excités qu’ils ont été désavoués électoralement dans leur propre pays et qu’ils jouent leur va-tout. Au moment où le président américain expédie de nouvelles troupes en Irak, Sarkozy se tait ! Comment ne pas ré-entendre, en ce moment de crise, le magnifique discours prononcé à l’ONU par ton Premier Ministre, Dominique de Villepin, devant une Assemblée qui se leva pour l’applaudir ! Notre voix, cher Jacques Chirac, doit à nouveau se faire entendre. Après la Conférence sur le Liban, il va falloir en préparer une autre, que j’appelle La Conférence du Siècle qui pourrait d’ailleurs se tenir à Beyrouth, dans un pays – celui de mon père – menacé comme jamais d’une « éradication ». Pour ces deux raisons fondamentales, maintien d’une volonté de progrès social à l’intérieur, ouverture d’une voie pacifique à l’extérieur, je te demande, cher Jacques Chirac, de préserver l’espoir en te représentant au printemps prochain. Seul l’avenir de nos enfants et petits enfants importe. Au second tour de la présidentielle, il faut que les Français puissent se rassembler majoritairement pour affronter le chaos mondial qui nous menace tel un tsunami, et ça n’est pas le moment, Jacques, d’abandonner le pays entre les mains d’un clan dont les idées « libérales » sont trop conformes à celles qui « triomphent » outre-atlantique, et que tout le monde, je dis bien tout le monde, est en train de rejeter ! Dans l’espoir d’être entendu et compris, je t’adresse à toi et au pays que tu représentes, mes meilleurs vœux pour cette année 2007. Bien cordialement, Gabriel Enkiri Candidat au 1er tour de la Présidentielle * Il va de soi que « ma candidature symbolique » disparaîtra dès le jour où tu annonceras que tu as décidé de te représenter ! Posté par Adriana Evangelizt
Répondre
V
Moi je pense qu'on a pas touché le fond sur tout en voyant les propositions de Sarkozy en matière de défense . Le fond du fond est intouchable malheuresement mais on peut battre des records dans la matière . On est bien parti pour . Ces candidats qui se livrent à une bataille de caniveaux pour reprendre le terme de Nicolas Sarkozy connaissent t'ils vraiment les problèmes des français je me pose des quéstions . Ils ne savent malheuresement pas se contrôler . Nicolas Sarkozy avec son Pro Américanisme et Ségolène Royale avec des propos sans réfléxions préalables . Oui il y a de la place pour une nouvelle candidature qui représentera la FRANCE et non les intérêts de certains près à tout pour se faire élire . Jusqu'où tombera le Débat Présidentielle ? Réponse dans le Prochain épisode pour reprendre les termes des réalisateurs américains qu'aime tant Sarkozy . Demmandez quel cinéma il préfére entre le cinéma français et américain ...
Répondre