Vide

Publié le par P.A.

Serions nous en train de vivre la campagne la plus agressive, la plus faible, la plus vide de ces dernières années ? Entre l'enquête des Renseignements généraux sur Bruno Rebelle, conseiller de Ségolène Royal et l'ignorance du nombre de sous-marins nucléaires français par la candidate socialiste qui décidément n'en rate pas une, on n'est pas loin de toucher le fond.

D'où cette question : comment peut-on descendre si bas alors qu'on vise si haut ? Reste que les investigations concernant Bruno Rebelle, posent plusieurs problèmes. Le premier touche à la police politique qui ne devrait plus exister dans ce pays, où chacun sait que les RG continuent de ficher les gens. Le deuxième est capital. Il concerne la commandite et exige une réponse rapide. L'enquête a-t-elle été diligentée par l'entourage de Nicolas Sarkozy ? Si tel est le cas - et on ne peut pas imaginer que le cabinet du ministre n'a pas été saisi - la manipulation est avérée.  D'où la troisième interrogation qui nous ramène au coeur de la bataille électorale : peut-il y avoir compatibilité entre la fonction de ministre de l'Intérieur et le statut de candidat ? Enfin, cette affaire tombe à pic pour le parti socialiste, qui profite de l'aubaine pour mettre un masque sur les approximations de sa candidate qui, en dehors de quelques banalités et de bourdes assez monumentales sur des sujets qu'elle maîtrise mal, ne développe aucun projet.

A l'évidence le débat ne s'ouvre pas. C'est au point de se demander si en dehors des moqueries, des insinuations, des dénigrements et des coups tordus, la politique est aujourd'hui capable de nous offrir quelque chose de constructif et d'intéressant ?

Bref, plus on s'attaque aux personnes et moins on aborde les discussions de fond. Raison de plus pour rappeler à ceux qui utilisent tous les procédés - y compris les plus insupportables - pour affaiblir la position de l'adversaire,  que viser bas, ce n'est pas viser juste.

Pierre TARIBO

Source: L'Est Républicain

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Si Dominique de Villepin avait été le candidat de son camp (à la place de Sarkozy),  nul doute que la campagne aurait eu une meilleure tenue et aurait été plus intéressante.
Répondre