Villepin met en garde l'Iran contre "un isolement croissant"

Publié le par P.A.

Dominique de Villepin a condamné mardi soir les attaques "inacceptables" du président iranien Mahmoud Ahmadinejad à l'encontre d'Israël et mis en garde Téhéran contre "un isolement croissant" s'il ne renonce pas à son programme d'enrichissement nucléaire.

Invité d'honneur du 22e dîner annuel du Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France, le Premier ministre a assuré Israël du soutien de la France contre les "menaces" iraniennes.

L'Iran a dominé les interventions de la soirée, notamment celle, inopinée, de la candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal, qui a réitéré sa position "très ferme" à l'égard de Téhéran : accès interdit au nucléaire militaire ET civil.

Jugeant "inopérantes" les sanctions votées en décembre 2006 par le Conseil de sécurité de l'Onu contre Téhéran, Roger Cukierman, président du Crif, a appelé pour sa part les pays occidentaux à se mobiliser contre le "nouvel Hitler" iranien.

"Nous partageons les préoccupations légitimes d'Israël face aux déclarations inacceptables et aux appels à la haine du président iranien", a déclaré Dominique de Villepin.

"Avec le vote à l'unanimité du Conseil de sécurité de la résolution 1737, (...) nous avons envoyé un message clair à Téhéran", a-t-il poursuivi.

"L'Iran est désormais placé devant un choix : la coopération avec la communauté internationale ou un isolement croissant. Nous espérons que Téhéran fera le choix du dialogue", a-t-il réaffirmé.

Les sanctions de l'Onu concernent le transfert de technologie nucléaire, restreignent les déplacements des personnes liées à son développement et gèlent les avoirs de ces derniers, tandis que les nationaux iraniens ne pourront étudier sur le territoire de l'Union européenne sur des questions liées à la prolifération.

En dépit de ces mesures, l'Iran affirme vouloir poursuivre son programme d'enrichissement d'uranium alors que le Conseil de sécurité lui a donné 60 jours pour l'arrêter, sous peine de sanctions plus sévères.

"LE NOUVEL HITLER"

Dominique de Villepin a condamné en outre "sans réserve et avec la plus grande vigueur les propos inacceptables du président iranien sur la Shoah, ainsi que l'organisation à Téhéran, en décembre 2006, d'une conférence sur l'Holocauste ouverte aux thèses négationnistes".

Le président iranien a appelé à "rayer Israël de la carte".

"L'analogie entre Hitler et Ahmadinejad s'impose d'évidence", a estimé Roger Cukierman.

"Le destin du monde dépend de la réponse que vous, et vos collègues, qui dirigez les grandes nations d'Occident, saurez donner à la folie destructrice annoncée par le nouvel Hitler", a-t-il ajouté, appelant à des sanctions "plus sévères".

Dominique de Villepin a salué "l'amitié" entre la France et Israël, "un dialogue renouvelé, fondé sur la confiance", malgré les tiraillements apparus lors de l'intervention militaire israélienne au Liban.

Il a assuré que la France ne "baisserait pas la garde" face à l'antisémitisme, rappelant le meurtre "barbare" d'Ilan Halimi début 2006 ou les violences mortelles à l'issue d'une rencontre de football entre le PSG et l'Hapoel de Tel Aviv, en novembre dernier à Paris.

La mère d'Ilan Halimi, jeune juif de 23 ans retrouvé mort le 13 février 2006 dans l'Essonne après trois semaines de séquestration, était présente mardi soir au dîner du Crif.

"Nous voulons tout faire pour que de telles tragédies n'arrivent plus", a dit Dominique de Villepin, qui a rendu hommage sous les applaudissements à l'action du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy.

Le candidat UMP à la présidentielle a fait une brève apparition avant le dîner, à l'instar de Ségolène Royal.

Au nombre des participants figuraient plusieurs ministres, dont Philippe Douste-Blazy (Affaires étrangères), les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, Jean-Louis Debré et Christian Poncelet, le premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande, le candidat UDF à la présidentielle, François Bayrou.

Source: Reuters

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article