Villepin ira au congrès, mais n'écoutera pas Sarkozy

Publié le par P.A.


Le premier ministre, qui ne peut se résoudre à la désignation de son rival, se rendra à la Porte de Versailles. Mais seulement le matin.

 
Finalement, il viendra. Plutôt à l'heure du petit-déjeuner que du déjeuner. Le premier ministre devrait faire un « tour dans la matinée » au congrès de l'UMP mais il n'assistera pas l'après-midi au premier discours du candidat Nicolas Sarkozy.
 
Après avoir hésité, Dominique de Villepin a donc préféré se rendre à la Porte de Versailles. Même s'il n'a pas varié d'un pouce sur sa position : pas question de rallier Nicolas Sarkozy tant que Jacques Chirac ne s'est pas exprimé. Contrairement aux anciens premiers ministres de Jacques Chirac, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, il ne prendra pas la parole à la tribune.
 
Dominique de Villepin devrait se contenter de faire acte de présence en prenant place dans le carré des chiraquiens, au milieu de Jean-Louis Debré et des ministres Henri Cuq et Christian Jacob.
 
Chahuté mardi par les députés UMP, Villepin prend-il le risque d'être sifflé ? « Je ne le redoute pas mais je ne l'exclus pas », répond le député villepiniste de l'Essonne Georges Tron. « Ce serait un signe d'intolérance supplémentaire », avertit Jean-Pierre Grand, un autre villepiniste de choc. Villepinistes et chiraquiens font en sorte de banaliser l'événement. Alors que les organisateurs attendent plus de 50 000 personnes demain, certains fidèles du président n'hésitent pas à ironiser sur les « 100 000 militants espérés dans le journal de l'UMP ».
 
Villepin sifflé ? C'est tout ce que redoute Nicolas Sarkozy. « Il va gâcher la fête », s'inquiète le président de l'UMP qui aurait préféré voir Villepin rester sagement à Matignon. Mais le premier ministre n'a pas voulu lui faire ce cadeau.
 
« Stratégie réductrice »
 
Depuis une semaine, il est même entré en résistance. N'hésitant pas à remettre en cause la « stratégie réductrice de l'alignement » de Sarkozy, à fustiger son esprit « revanchard » et « l'illisibilité » de son programme. Fait incroyable, le premier ministre a carrément décliné hier, dans un entretien au journal Les Échos, un quasi-programme de candidat !
 
À quoi joue Dominique de Villepin ? Si sa candidature paraît aujourd'hui aléatoire, le premier ministre n'entend pas se taire, comme le lui demandent les sarkozystes. « Depuis que j'ai trois ans, j'ai décidé que je ne céderai à aucune forme de chantage », confiait-il au lendemain de la réunion orageuse avec les députés.
 
Villepin veut-il être le dernier rallié, c'est-à-dire celui qui pèsera le plus lourd dans la campagne de son rival ? Ou bien pense-t-il que Sarkozy a déjà perdu et qu'il faut prendre date ? Son ami Georges Tron est convaincu que Villepin sera « incontournable ». « Je prends le pari que Sarkozy s'appuiera en fin de campagne sur le bon bilan du gouvernement Villepin », prédit-il. Habité par la bataille victorieuse de 1995, Villepin se cherche encore un rôle dans cette campagne qui commence.
Source: Le Figaro

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Ma FRANCE à moi DE GAULLE, POMPIDOU, GISCARD, MITTERRAND, CHIRAC ont tous leurs racines dans la France profonde. Tous, eux-mêmes ou bien leurs pères, leurs oncles, leurs frères ou leurs cousins ont vécu les deux guerres du XXème siècle. Il est probable que tous ont eu des « morts pour la France » dans leur famille. Quelles sont les racines du candidat de l'UMP, celles de l'héritier de quelqu'un qui a fui son pays. Il prétend venir imposer aux Français ce que lui a décrété bon pour eux et qui plus est, en s'inspirant du libéralisme américain. Il confond certainement ce concept avec celui de LIBERTE. Quant à la FRATERNITE et 'EGALITE ce sont des mots qui ne figurent pas dans son subconscient. Nous avons eu Jean Moulin, qui n'a jamais trahi, et a su nous apprendre ce que le mot FRANCE voulait dire et combien d'autres. Je préfère un fils de harki, un fils de spahi, un fils de tirailleur. Leurs racines sont certainement plus françaises. Non à la « FRANCE d’après » de Monsieur SARKOZY. Je préfère ma FRANCE de maintenant et de demain ; celle que nos Présidents, quelle que soit leur sensibilité politique ont toujours fait rayonner en puisant leurs forces dans la FRANCE de toujours
Répondre
L
Courage, ne nous laissons pas impressionner par cette propagande de masse et par ces ralliements tactiques ou alors nous sombrons dans la déception et la médiocrité !!! Comment imaginer un instant qu\\\'un sarko en l\\\'espace d\\\'1 semaine ait oublié tout ce qu\\\'il rabache depuis des années, la rupture, la discrimination positive, l\\\'état policier ....ou alors, qu\\\'elle homme perdu et instable et demain que va t\\\'il nous sortir ? Il n\\\'est pas concevable un instant qu\\\'on nous écrive l\\\'histoire avant l\\\'heure ! Ca va bouger, les surprises vont arriver. Bientôt, celui que les médias n\\\'attendaient plus, va surgir et surclasser tous ces faiseurs et agités ! Dominique de Villepin <br />  <br />  
Répondre