Villepin ne votera pas pour Sarkozy

Publié le par P.A.

Invité dimanche de Canal+, Dominique de Villepin n'a pas été avare de conseils pour ceux qui mèneront la campagne de l'UMP en vue de la présidentielle. "Si on veut aligner une famille politique réunie derrière un candidat sous forme de petits pois ou de sardines dans une boîte, vous ne gagnez pas comme ça", a-t-il martelé dans une allusion transparente à Nicolas Sarkozy. "Aujourd'hui, il n'y a pas de candidat qui puisse, sur son nom, l'emporter", a-t-il enchaîné. Le Premier ministre a ainsi appelé l'UMP à réaliser, à l'instar de Jacques Chirac lors de sa campagne victorieuse en 1995, une "coalition des volontés" associant toutes les personnalités du parti - il a cité Jean-Louis Borloo et Michèle Alliot-Marie notamment - et à faire preuve d'un esprit "pas réducteur" pour "gagner". "Aujourd'hui, il y a encore un élan à donner" dans ce domaine, a-t-il lancé à Nicolas Sarkozy.

Par ailleurs, s'il assistera bien dimanche au déjeuner du Congrès de l'UMP, un "moment de rassemblement pour notre famille politique", le chef du gouvernement n'entend pas participer au sacre de Nicolas Sarkozy, seul candidat en lice. "Le président de la République ne s'étant pas prononcé" sur ses propres intentions, "comme chef du gouvernement, je ne suis pas en mesure de participer à ce vote", a-t-il expliqué. Jean-Louis Debré avait déjà vendredi annoncé qu'il voterait blanc, invoquant la même raison.

Villepin prépare la succession de Sarkozy place Beauvau

Sans aller jusqu'à pousser le président de l'UMP vers la sortie du ministère de l'Intérieur - "c'est d'abord la responsabilité de Nicolas Sarkozy" - le Premier ministre a indiqué avoir déjà en tête son successeur, tout en refusant d'en dévoiler le nom. Il appartient à l'actuel n°2 du gouvernement de savoir "ce qui est le meilleur pour lui, ce qui lui donne le plus de liberté, ce qui permet d'aller davantage à la rencontre des Français", a-t-il ajouté avant de lâcher, en guise d'avertissement, qu'il fallait que le travail gouvernemental "soit fait". Plusieurs noms ont circulé pour succéder le moment venu à Nicolas Sarkozy place Beauvau, dont le ministre de l'Outre-mer, François Baroin.

Réaffirmant son intention de gouverner jusqu'au dernier jour "au service des Français", Villepin a une nouvelle fois esquivé les questions sur ses propres ambitions : "Je suis à ma place et à ma tâche de Premier ministre". Quoi qu'il en soit, Dominique de Villepin participera au débat électoral "en toute liberté". Il a d'ailleurs regretté qu'à ce stade de la campagne, "le débat ne se noue pas" et ne soit pas au niveau d'une présidentielle. Interrogé aussi sur l'avenir de Jacques Chirac, Dominique de Villepin lui a souhaité "plein de bonnes choses" pour l'année 2007, "et d'abord la santé".

Source: www.tf1.fr

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Je suis contre le fait de dire "Je vote pour ...", 'je ne vote pas pour..." surtout lorsque l'on est aussi haut placé. Je crois en Dominique tout comme en Nicolas, le résultat du vote sera vraisemblablement sans surprise le 14 janvier. Cependant, ce ne sera peut etre pas le dernier vote (ou le vote définitif) interne au sein de l'UMP. A suivre ...
Répondre