La clé Villepin

Publié le par P.A.

A droite, on ne peut qu’unanimement constater que l’avenir s’incarne en deux hommes : Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin. Jacques Chirac aura un rôle crucial lors des prochaines échéances, sa candidature étant parfaitement légitime mais son statut de Président lui donne une place spéciale.

Entre le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre, ce dernier a la plus grande marge de manœuvre, il est encore plus incontournable.

Tout d’abord dans l’hypothèse d’une candidature de Dominique de Villepin que nous souhaitons tous, son image d’homme d’action lui servira, en effet il incarne le bilan gouvernemental, le résultat de deux années de travail acharné avec les résultats qu’on connaît en matière d’emploi, de cohésion sociale, de logement, de pouvoir d’achat, d’environnement, de sécurité, autant de domaines où les attentes des français étaient, sont et seront toujours importantes. Ce bilan doit être défendu ardemment, le Premier ministre est bien sûr le mieux placé pour çà. Le succès de tout candidat de droite passera par ce bilan qui est un atout fondamental pour nous. Il serait stupide de briser ce mouvement vers l’avant que connaît notre pays, le Premier ministre est l’homme idéal pour au contraire accélérer les efforts. Pourquoi changer une méthode qui donne des résultats ? Second point important, il est le seul à évoquer les questions et enjeux importants pour 2007, il est le seul à pouvoir élever le débat politique à la hauteur qu’un scrutin présidentiel l’exige, il est loin des simples considérations médiatiques. Les français ont besoin que leurs exigences soient prises au sérieux et, non pas vues superficiellement. Le renforcement du lien politique citoyen passe par le respect de tous, en étant attentif à chaque situation, il faut dépasser la simple image que les autres candidats glorifient. Les vraies questions doivent être traitées et non pas sans cesses esquivées, c’est ce que fait Dominique de Villepin en intervenant là ou il faut. Troisième point, il sera le meilleur pour rassembler au second tour, ses positions pragmatiques en dehors du cloisonnement idéologique lui permettront de répondre aux attentes du plus grand nombre, même à gauche il sait séduire un certain nombre de personnes contrairement à d’autres qui ont des positions trop rigides. Il est au dessus des clivages comme le nécessite la fonction présidentielle. Il a le mérite de ne pas être un professionnel de la politique et donc de ne pas faire de la politique politicienne. Il est le meilleur pour la fonction présidentielle, espérons que les français le réaliseront vite car çà en vaut la peine.

Villepin est la clé du scrutin car même dans le cas d’une candidature unique de Nicolas Sarkozy, il sera un acteur incontournable et immanquable de la campagne, il incarne l’héritage Gaulliste mais aussi Chiraquien de la droite, une approche plus sociale, plus humaine de la droite et une politique internationale donnant la place qu’elle mérite à la France. Il personnifie également le bilan comme dit précédemment. Laisser à l’écart Dominique de Villepin serait une faute grave pour Nicolas Sarkozy qui doit certainement avoir à l’esprit 1995, où le rejet des Balladuriens, l’une des rares erreurs de J. Chirac, a été fatal à la droite en 1997. Compter sans Dominique de Villepin ce serait ignorer une partie de la population et laisser germer la désunion trop souvent mortelle à la droite. Dominique de Villepin est un homme de talent dont il serait dommage de se priver. Dans un éventuel dispositif Sarkozy, Dominique de Villepin doit donc avoir une place à sa mesure pour permettre la réussite de la droite. Il s'agira d'une grande décision pour lui que de participer à un tel gouvernement le cas échéant.

 

 

 

Dominique de Villepin est don maître de son destin et de celui de la France, Président ? Acteur majeur dans un futur gouvernement ? C’est à lui de choisir, mais rejetons d’avance son idée d’aller garder des enfants dans une crèche, la France et les français ont encore trop besoin de lui. J'espère bien sûr qu'il se présentera, mais c'est avant tout son choix.

Et, gardons toujours à l’esprit que le véritable grand danger pour l’avenir c’est Ségolène Royal.

« Notre devoir, c'est de refuser la France du déclin et du repli que proposent les socialistes. Notre devoir et notre honneur, c'est d'offrir à la France une ambition dans le monde de demain » comme l’a si bien dit Dominique de Villepin.

 P.A.

 

 

 

 

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article