Le premier ministre fixe les grands enjeux pour 2007

Publié le par P.A.

Le chef du gouvernement estime avoir posé « sur la table » les grands enjeux pour demain.

 
ET MAINTENANT, que faire jusqu'en mai 2007 ? Avec la fin de sa conférence sur l'emploi et les revenus, Dominique de Villepin a, en effet, bouclé hier soir son année « utile ». À l'agenda du chef du gouvernement, les rendez-vous ne se bousculent plus pour les semaines qui viennent.
 
Après son rendez-vous (le 21 décembre) chez les juges chargés d'enquêter sur Clearstream, le premier ministre devrait s'accorder une semaine de vacances en famille aux Antilles. Ses amis politiques lui ont, toutefois, conseillé d'y renoncer. « Il ne faut pas laisser filer le temps. Entre Noël et le Nouvel An, les gens sont attentifs à l'actualité », lui a dit cette semaine Hervé Mariton, l'un des députés villepinistes reçus à Matignon. Après les voeux, le premier ministre s'est programmé, début février, une conférence consacrée aux finances publiques puis, en mars, une réunion sur la croissance.
 
De quoi maintenir le cap qu'il s'est fixé : « Gouverner jusqu'au dernier jour. » Faute d'être candidat à la présidentielle, ou de pouvoir l'être, le premier ministre entend démontrer que « l'action gouvernementale intéresse toujours les Français ».
  
Hier, il a laissé l'historien Emmanuel Todd - inspirateur en 1995 de la « fracture sociale » chère à Jacques Chirac - s'attaquer au libéralisme et réclamer un « protectionnisme européen ». Une attaque directe contre le libéral Nicolas Sarkozy. Dans la foulée, Villepin a annoncé des mesures en faveur des plus modestes comme le moratoire sur les loyers ou la refonte du calendrier de fixation du smic (lire ci-dessus). Des mesures accueillies sans grand enthousiasme par les syndicats.
 
Destinée à redorer son blason social, la conférence aura certes réuni tous les partenaires sociaux. Mais Villepin n'y aura pas gagné pour autant ses galons d'homme du dialogue social. « Il ne sait pas ce que ça veut dire », a pesté François Chérèque. Qu'importe ! Pour Villepin, l'essentiel est ailleurs. À l'issue de la conférence, il n'a pas hésité à prendre date pour 2007 : « Nous n'avons pas réglé tous les problèmes, mais nous avons mis sur la table les grands enjeux pour l'avenir de notre société. »
 Source: Le Figaro

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article