Retenue à la source : Villepin vise 2008

Publié le par P.A.

Le sujet est loin de faire l'unanimité au sein de l'UMP.

 
JAMAIS là où on l'attend ! Hier, Dominique de Villepin a annoncé qu'il allait mettre sur les rails le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source, c'est-à-dire directement sur les salaires. « C'est un changement lourd, a-t-il expliqué. Nous avons beaucoup travaillé techniquement pour le rendre possible et cela pourra être mis en oeuvre dans l'année 2008 grâce au travail que nous aurons engagé tout au long des prochains moins. » Cette réforme est chère au premier ministre. Selon nos informations, cela fait plus d'un an que Dominique de Villepin essaie d'avancer sur le sujet. À l'été 2005, lors de la préparation du budget 2006, le chef du gouvernement et le ministre de l'Économie Thierry Breton auraient proposé à l'Élysée de faire « coup double » en lançant en même temps réforme fiscale et prélèvement à la source. « C'est une réforme de gauche », tranche alors l'Élysée qui met son veto. Thierry Breton range son dossier mais ne renonce pas. « Ceci reste un sujet majeur », dit-il aux cadres dirigeants de Bercy le 25 novembre 2005.
 

L'opportunité de mettre la réforme en selle avant la présidentielle est loin de faire l'unanimité au sein de l'UMP. Philippe Marini n'en voit pas l'intérêt. « La mise en oeuvre du prélèvement à la source n'a de sens que si on l'accompagne d'une remise en cause des niches fiscales », indiquait hier le rapporteur général du Budget au Sénat regrettant « l'agitation » du chef du gouvernement. « Je crois que si le gouvernement déposait un projet de loi sur le sujet, il serait voté, car soutenu par la gauche, affirmait de son côté le sénateur UMP et ancien ministre du Budget Alain Lambert. Cela étant, voter une telle loi avant la présidentielle n'aurait de sens que si elle permet de gagner un an sur la mise en oeuvre de cette réforme» Pour Luc Chatel, porte-parole de l'UMP, aucune décision ne peut être prise avant la présidentielle. « Il faut attendre le budget 2008 pour légiférer, mais cela n'interdit pas de commencer à travailler avec les entreprises et les syndicats. »

Source: Le Figaro

On ne peut que se réjouir de ce grand chantier particulièrement nécessaire. Domnique de Villepin fait une nouvelle fois preuve de courage face à une majorité trop frileuse qui ne semble penser qu'à sa réelection. Le prélèvement à la source c'est bien sûr une plus grande lisibilité de la fiscalité mais c'est aussi un gain majeur en matière d'efficacité des services fiscaux avec possibilté de rationnaliser les emplois dans ce domaine. Monsieur Sarkozy, qui entre beaucoup de choses, veut réduire le nombre de fonctionnaire devrait se réjouir de ce projet qui lui fera gagner du temps au lieu d'une fois de plus tenter d'entraver l'action gouvernementale.

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article