Alliot-Marie déplore l'absence de débat au forum de l'UMP

Publié le par P.A.

Michèle Alliot-Marie a déploré dimanche que le premier Forum de l'UMP en prévision de l'élection présidentielle n'ait pas donné lieu à un vrai débat.

La ministre de la Défense a participé samedi à ce rassemblement, à La Défense près de Paris, aux côtés de Nicolas Sarkozy, président de l'UMP et candidat déclaré à la présidentielle, et d'autres responsables du parti majoritaire.

Ce forum, premier de trois prévus, a pris la forme d'échanges consensuels devant environ 1.500 personnes.

"Cela ne faisait pas tellement débat car le sujet retenu est probablement le plus consensuel (à l'UMP), la liberté, et la liberté économique", a estimé Michèle Alliot-Marie.

Interrogée sur Canal+, elle a reconnu que "c'était très difficile à organiser" mais elle a regretté que les "règles du jeu ont été changées au dernier moment".

"Celles qu'on m'avait indiquées la veille ne sont pas celles qui ont été appliquées", a-t-elle assuré, notant qu'il "devait y avoir un sujet et on est parti dans des tas de sujets qui n'avaient rien à voir avec cela".

"J'aurais aimé aller plus loin, j'avais des choses à dire (...) J'ai respecté les règles, d'autres ne l'ont pas fait", a-t-elle déploré, soulignant qu'un débat "c'est quand deux personnes sur la même question expriment leur point de vue".

Les deux autres forums de l'UMP, sur les thèmes de l'égalité et de la fraternité, sont prévus les 15 et 21 décembre à Lyon et à Bordeaux. Michèle Alliot-Marie n'a pas exclu de ne pas y participer si les règles "ne sont pas applicables dans les mêmes conditions pour tout le monde".

"Si les débats ne devaient pas apporter quelque chose je ne vois pas pourquoi j'y participerais", a-t-elle dit.

S'agissant de sa possible candidature à l'élection présidentielle, pour laquelle elle s'est dite ces derniers jours "prête", Michèle Alliot-Marie a dit qu'elle ferait connaître sa décision "avant la fin de l'année".

Source: Reuters

Ce simulacre de débat était à craindre, le Premier ministre a sans doute eu raison de ne pas y assister, fort de sa connaissance de la politique, il avait certainement préssenti le déroulement des choses.

On ne peut que souhaiter qu'il s'agisse là d'un ratage dû à la première... et que les deux autres débats seront plus constructifs.

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article