La réunion de pacification de l'UMP n'aura pas lieu

Publié le par P.A.

Les députés UMP espéraient apaiser les tensions au sein du parti en organisant une réunion de conciliation avec Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, mais leur initiative a tourné court: la réunion aura bien lieu, mercredi, mais sans le Premier ministre et le président de l'UMP.

Relais de la "préoccupation" des députés et électeurs UMP, le président du groupe UMP à l'Assemblée, Bernard Accoyer, avait pris l'initiative mardi d'une réunion "amicale, conviviale" pour ressouder les rangs de la majorité. La ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, avait également été conviée.

Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur avaient accepté le principe de cette rencontre avec les députés UMP, mais leurs "emplois du temps chargés" ne leur ont pas permis de se libérer, a-t-on précisé mardi soir au groupe UMP.

"Bernard Accoyer s'est entretenu téléphoniquement avec Dominique de Villepin, Nicolas Sarkozy et Michèle Alliot-Marie", a-t-on ajouté.

Les élus se rencontreront mercredi à 11h00 (10h00 GMT) à l'Assemblée et ce qui "sortira" de la réunion "remontera" au bureau politique de l'UMP qui se réunit à 19h00 (18h00 GMT), a-t-on indiqué.

Le bureau politique doit arrêter les modalités de la campagne interne du mouvement jusqu'à la désignation du candidat à l'élection présidentielle le 14 janvier.

Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy se sont eux-mêmes efforcés mardi de calmer le jeu.

Le président de l'UMP, qui brigue la succession de Jacques Chirac et pourrait officialiser sa candidature d'ici à la fin du mois, est intervenu lors de la réunion du bureau du groupe pour appeler "à l'union avec le souci de débattre, d'écouter et d'entendre", a rapporté le député sarkozyste Jean-Paul Anciaux.

"ILS FERAIENT MIEUX..."

Quant au Premier ministre, qui entretient toujours l'incertitude sur ses intentions pour 2007 et a ravivé les divisions en affirmant dimanche que rien n'était joué pour la désignation du candidat UMP, il souligne dans Le Figaro que "la victoire passe par le rassemblement".

Plusieurs députés proches de Nicolas Sarkozy ont dénoncé mardi les critiques portées contre le ministre de l'Intérieur dans les rangs du gouvernement et de la majorité.

Dans une interview publiée lundi dans Le Parisien, François Goulard, proche de Jacques Chirac et Dominique de Villepin, accuse Nicolas Sarkozy de refuser le débat interne. Le ministre délégué à l'Enseignement supérieur dénonce en outre dans le programme électoral de UMP "un programme attrape-tout pour ne pas dire attrape-nigaud".

Dominique de Villepin a également été critiqué à mots couverts.

"Ils feraient mieux de diriger leurs flèches contre la gauche, contre le projet PS", a souligné Bernard Deflesselles.

"Nous avons été un certain nombre pour regretter tout ce qui a été dit ce week-end et pour constater que notre électorat est largement acquis à la candidature de Nicolas Sarkozy", a ajouté Jean-Paul Anciaux.

"Sans préjuger des autres candidatures qui pourraient se faire jour dans les semaines à venir, il n'y a pas lieu d'avoir une attitude, comme certains, qui pourrait laisser à penser que le but n'est pas effectivement de favoriser la victoire de notre camp", a-t-il ajouté.

Le dépôt des candidatures doit théoriquement intervenir entre le 23 novembre et le 5 décembre. Jacques Chirac se prononcera au premier trimestre 2007.

source: L'Express

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article