Une rencontre au sommet pour calmer les tensions

Publié le par P.A.

La très grande majorité des parlementaires UMP ne supporte plus les fortes tensions réapparues depuis ce week-end au sein de la majorité. Ainsi, Dominique de Villepin, Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie et plusieurs députés vont participer "très prochainement" à une "réunion de conciliation". L'annonce a été faite mardi en milieu de journée par le président de groupe Bernard Accoyer. Dans la matinée, la réunion de bureau des députés UMP avait été houleuse, selon plusieurs participants. En revanche, celle du groupe a été particulièrement glaciale pour le Premier ministre qui y assisté durant un quart d'heure.

"Ca suffit !" Tel est le message qu'ont voulu adresser au chef du gouvernement et son fidèle ministre François Goulard les députés UMP. Certains parlementaires sarkozystes, très énervés par l'attitude de Dominique de Villepin ces derniers jours, ont menacé de ne pas voter un prochain projet de loi. Le premier vice-président du groupe, Jean Leonetti, les a mis en garde, expliquant que cela risquait "de casser la majorité". Il a observé que "la cohésion du groupe était la force de la majorité".

A l'issue de la réunion, le sarkozyste Bernard Deflesselles a déploré que le conseil national de l'UMP de jeudi dernier ait été "gâché, parce que les médias ont repris un couac qui n'a pas lieu d'être". Michèle Alliot-Marie avait alors été sifflée pour avoir critiqué certaines positions du président de l'UMP.

"Il y a eu aussi des déclarations ministérielles intempestives, une en particulier, de François Goulard, qui nous explique que la parole n'a pas été libre au conseil national, ce qui est complètement faux". "Il critique le projet du parti qui a été adopté à 92%. Il faut que ça cesse (...) Maintenant ça suffit", a-t-il ajouté. Et d'affirmer que Nicolas Sarkozy était "très serein, les sondages montrant qu'il était plébiscité à droite".

Après une période plutôt calme, la journée de dimanche avait mis le feu aux poudres à l'UMP. Dominique de Villepin avait affirmé que "rien n'était joué" pour la désignation du candidat UMP à la présidentielle, tandis que le ministre François Goulard avait jugé Nicolas Sarkozy "incapable d'admettre un avis différent du sien" dans une interview au vitriol dans le Parisien.

source: www.lci.fr

On se demande parfois de quel côté l'on veut enclencher la machine à perdre, on accuse souvent ceux qui ne sont pas du même avis que N. Sarkozy de jouer contre leur camp mais, en voyant ce genre de réaction démesurée du clan Sarkozyste en réponse à une volonté de débat et de dialogue on peut s'interroger sur l'ouverture d'esprit de ces personnes et sur l'image qu'ils veulent donner de la droite. L'UMP doit-elle devenir encore plus encore le parti dévoué à Sarkozy, je ne le crois pas, chacun doit pouvoir parler et dire ce qu'il veut surtout quand il s'agit de propos constructifs. Ni Dominique de Villepin, ni Michèle Alliot Marie n'ont dit de choses scandaleuses, ils ont simplement fait valoir leurs idées. Car, non rien n'est plié, non la messe n'est pas encore dite et  il n'y a rien d'injurieux contre Sarkozy de le dire, c'est le respect du calendrier et l'exercice de la liberté d'expression. Le débat doit se poursuivre le plus longtemps possible pour etre le plus en adéquation avec les attentes des français et ne pas céder à la mode et à la démocratie d'opinion comme le fait S. Royal. 

Le débat est important et nécessaire surtout quand il se fait dans le respect comme c'est le cas du coté Villepin et Alliot Marie.

Jusqu'à quelle extremité va etre poussé le culte de la personnalité pour les Sarkozystes? à quand la mise en place du délit d'opinion? Tout çà est inadmissible, Mr le Premier Ministre et Mme la Ministre usez de votre liberté de parole qui nous permettra d'éviter d'aller droit dans le mur, vos conseils sont précieux à la droite. Et si la vrai machine à perdre residait dans la candidature Sarkozy?

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article