La famille gaulliste unie à Colombey, Sarkozy fait bande à part

Publié le par P.A.

PARIS (Reuters) - La famille gaulliste rassemblée autour Jacques Chirac se retrouve à Colombey-les-Deux-Eglises jeudi, jour où Nicolas Sarkozy précisera sa vision de la rupture dans un discours sur la mondialisation prononcé à Saint-Etienne.

Une fois de plus, le président de l'UMP fait bande à part même si son absence à Colombey (Haute-Marne) est minimisé par l'entourage du chef de l'Etat, où l'on assure qu'il "aurait été le bienvenu".

Jacques Chirac, accompagné du Premier ministre Dominique de Villepin et de plusieurs ministres, posera la première pierre du mémorial dédié au général de Gaulle, décédé le 9 novembre 1970.

L'allocution du chef de l'Etat dans ce lieu symbolique de la Ve République "ne sera pas un discours politique derrière l'hommage à de Gaulle" et "il ne faut pas le lire dans une approche politicienne", affirme encore un proche.

Le président "soulignera l'actualité de la vision gaullienne". Le général "a été le premier à penser la mondialisation, à refuser la bipolarisation, la logique des blocs. Il a eu une prescience de la multipolarité", rappelle-on de même source.

Dans son discours, Jacques Chirac dira aussi "tous les risques qu'il y a à vouloir mettre à bas les éléments les plus solides de nos institutions", ajoute-t-on.

Des propos qui sonnent comme une mise en garde à Nicolas Sarkozy qui, dans son livre "Témoignages", propose une refonte des institutions politiques françaises, avec une présidence de la République "moins monarchique".

La mondialisation sera au coeur du discours du président de l'UMP à Saint-Etienne, qui s'est aventuré ces derniers mois sur le terrain de la politique étrangère, domaine réservé du chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy a multiplié les voyages, notamment en Afrique pour parler d'immigration mais aussi aux Etats-Unis, où il a rencontré George W. Bush et critiqué la politique étrangère de Paris vis-à-vis de Washington. Un déplacement qui aurait, selon ses proches, soulevé la colère de Jacques Chirac.

Comme à Douai, Agen, Nîmes, Marseille ou Périgueux, le discours de Saint-Etienne devrait être pour lui l'occasion d'illustrer encore sa vision de la "rupture" avec l'équipe aujourd'hui au pouvoir à l'Elysée et à Matignon.

Le 12 octobre en Dordogne, il s'était présenté en "garant de l'unité" de la majorité, promettant de ne laisser "personne voler la victoire" de sa famille politique.

Une nouvelle pierre lancée dans le jardin du Premier ministre Dominique de Villepin, qui entretient le flou sur son rôle en 2007, mais aussi de Jacques Chirac, qui ne dira qu'au "premier trimestre" s'il brigue ou non un troisième mandat.

Mercredi, le très chiraquien Jean-Louis Debré a lancé à son tour une pique au président de l'UMP, affirmant que "chacun a le droit d'être candidat" et que le soutien d'un parti peut "éventuellement venir après, mais pas avant une déclaration de candidature".

Pour le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chirac est "sans conteste" celui qui "représente le mieux le gaullisme du XXIe siècle".

d'aprés reuters

On ne peut que se féliciter de cet hommage rendu au Général de Gaulle, tout en regrettant l'absence de quelques ministres, qui meme s'ils sont des acteurs mineurs peuvent affaiblir l'image d'union voulue par le chef de l'état et le chef du gouvernement. En effet pour 2007, nous devrons tous être unis, ce genre de commemoration fait partie des symboles importants, des facteurs d'union, le Gaullisme est la base de l'action de l'UMP.

De plus, s'exprimer sur les questions internationales est un exercice périlleux pour le ministre de l'intérieur dont on sait à quel point les lacunes dans ce domaine sont importantes. Ses discours et interventions sur ce thème le montrent bien. Ecouter un discours du Président n'aurait pas été inutile pour lui. Il faut savoir reconnaitre son incompétence plutot que s'obstiner sur des voies hasardeuses. S'il s'était agi d'un hommage à Mr Bush nul ne doute que Mr Sarkozy aurait fait le déplacement...

 

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article