Prévention et répression dans les banlieues: la voie Villepin

Publié le par P.A.

"Celui-là, il faudrait qu'il apprenne à fermer sa gueule !" En pleine réunion de la commission exécutive de l'UMP, mardi 17 octobre, cette réflexion de Nicolas Sarkozy à propos d'Azouz Begag a fait sursauter même les intimes du ministre de l'intérieur. Parce qu'il avait cru déceler dans les propos du ministre délégué à l'intégration un appel masqué à "commémorer" les violences dans les banlieues en octobre et novembre 2005, M. Sarkozy s'est emporté.

Un an après les émeutes urbaines et la mort de deux adolescents à Clichy-sous-Bois, le premier ministre a tenu symboliquement sa seizième conférence de presse à Cergy-Pontoise (Val-d'Oise). Mais ne lui parlez surtout pas « d'anniversaire » des émeutes ! La réponse claque aussitôt : « La politique de commémoration et d'anniversaire ne s'applique pas à un moment tragique. »

Tout le monde est d'accord qu'il serait particulièrement malvenu de commémorer les événements ayant eu lieu dans les banlieues en 2005, mais chacun le dit avec sa sensibilité. On comprend la fébrilité du Ministre de l'Intérieur qui n'a pas envie de remettre le feu comme l'année dernière même si de tels propos sont déplacés. On comprend également la modération du Premier Ministre dont l'action a permis de calmer l'incendie et qui par sa connaissance de la situation sait que même si le gouvernement a fait des choses et continue à en faire, la nervosité régne toujours.

On retrouve cette intelligence dans sa recherche d'un équilibre entre répression qui est nécessaire mais également la prévention qui doit se faire notamment par l'éducation et l'accès à l'emploi, en garantissant un avenir à tous. La répression seule comme certains le recommandent ne peut pas être éfficace car elle ne traite pas le fond du problème, il en est de même pour la prévention. Le "tout-sécuritaire" a ses limites.

On retiendra également qu'à la sortie du campus, un étudiant avec un tee-shirt « Anti-Sarko » a interpellé et fait sourire le premier ministre, en lui recommandant de ne pas renoncer à l'élection présidentielle.

 

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article