Passe d'armes entre l'avocat de Sarkozy et D. de Villepin

Publié le par P.A.

Dominique de Villepin et l'avocat de Nicolas Sarkozy au procès Clearstream, Me Thierry Herzog, se sont livrés à une passe d'armes mercredi, l'ancien Premier ministre dénonçant les tentatives de l'avocat de l'impliquer dans la manipulation.

Alors que l'avocat du président de la République, partie civile dans le dossier, l'interrogeait à la suite du procureur Jean-Claude Marin et du président Dominique Pauthe, Dominique de Villepin s'est énervé.

«Cela montre bien ce que votre tentative a de désespéré (...) Mais il y a un moment où le sens de l'Etat doit l'emporter. On peut poursuivre la calomnie et la rumeur, elles continuent, elles cheminent et ça je ne peux pas l'admettre», a lancé l'ancien Premier ministre, jugé pour complicité de dénonciation calomnieuse.

«Vous n'arriverez pas à démontrer une implication du ministre que j'ai été pour des actions que je n'ai pas commises», a-t-il ajouté.

L'ancien Premier ministre lance ensuite avoir connu Me Herzog «moins agressif» alors qu'il travaillait «dans d'autres fonctions» à ses côtés au secrétariat général de l'Elysée.

Visiblement mû par une froide colère, l'avocat lui a rétorqué que les «liens confidentiels» entre un avocat et son client lui interdisaient de répondre.

«Ce que je voudrais vous dire, je ne pourrai pas vous le dire», a-t-il lancé.

Dominique de Villepin est soupçonné d'avoir participé à une vaste manipulation dans laquelle plusieurs noms de personnalités, dont celui de Nicolas Sarkozy, ont été ajoutés sur des listings de Clearstream, afin de faire croire qu'elles détenaient des comptes occultes.

Source: Lepays.fr

Publié dans Clearstream

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article