Henri Proglio vire Dominique de Villepin

Publié le par P.A.

L'ancien Premier ministre accomplissait des missions pour Veolia en tant qu'avocat d'affaires. Le président du groupe d'environnement a mis fin à cette activité. Henri Proglio serait candidat à la présidence d'EDF. Le choix du remplaçant de Pierre Gadonneix est entre les mains de Nicolas Sarkozy.

C'est sûrement une bonne manière d'Henri Proglio à Nicolas Sarkozy. Selon nos informations, Henri Proglio a rompu les contrats qui liait Véolia avec un certain avocat d'affaires dénommé Dominique de Villepin. Cette rupture aurait été conclue au cours du mois de juillet. Ce contrat de mission courrait depuis plusieurs mois.

L'ancien Premier ministre s'est inscrit au barreau de Paris après son départ de l'hôtel Matignon, en 2007.

Contacté, on parle chez Véolia de "missions" non spécifiées qu'aurait accompli Dominique de Villepin. Relancé pour obtenir plus de détails jeudi soir puis ce vendredi matin, Véolia est resté silencieux. Dominique de Villepin n’a pu être joint.


Cette péripétie du monde des affaires intervient dans un contexte particulier. Henri Proglio serait candidat à la présidence d'EDF, selon une information du Point.fr. Le remplacement de Pierre Gadonneix, actuel président de l'électricien historique, dépend largement du choix de Nicolas Sarkozy.


Or, le président de la république est également partie civile au procès Clearstream où l'un des accusés s'appelle Dominique de Villepin. Nicolas Sarkozy avait promis de pendre "à un croc de boucher" ceux qui avaient organisé cette ténébreuse affaire de dénonciation calomnieuse, dont le procès débute le 21 septembre.

L'éloignement de Dominique de Villepin du siège de Véolia ne pouvait qu'améliorer la position d'Henri Proglio au "Château".


Comme a pu l’améliorer aussi l’importante mission sur l’emploi des jeunes par l’apprentissage confié par le président de la république à Henri Proglio. Celui-ci a pris son bâton de pèlerin pour convaincre ses homologues du CAC de recruter des jeunes mal formés, prinicpales victimes de la crise.

L'actuel PDG de Veolia accepterait le poste de président d'EDF, à condition toutefois de ne pas abandonner complètement son entreprise actuelle, qu'il dirige depuis dix ans et dans laquelle il est entré comme stagiaire, à l'âge de 24 ans. Une solution serait que cet HEC de 60 ans conserve une fonction non exécutive au sein de Veolia, selon le Point.fr. Plusieurs noms sont évoqués pour prendre les rênes de Véolia, dont Antoine Frérot, le puissant patron de la division Eau.


Source: La Tribune | Pascal Junghans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article