D. de Villepin désespéré par l’Europe

Publié le par P.A.

Dominique de Villepin est entré avec fracas hier soir dans le débat européen. Invité par ses amis députés à disserter, à l’Assemblée nationale, sur « l’Europe et la France », l’ancien Premier ministre a dressé un tableau particulièrement sombre de la construction européenne. « Impuissance », « inefficacité », « problème de légitimité » : l’Europe traverse à ses yeux une « crise exceptionnelle ».

Et « le traité de Lisbonne ne suffira pas à donner à l’Europe les moyens de s’affirmer dans le monde ». « Telle que nous la connaissons, l’Europe ne passera pas le cap des prochaines années », prévient-il.

« La simple initiative ne suffit pas »


S’il rappelle qu’il appartient « à la famille gaulliste et à l’UMP », et juge que « Barnier ou Baudis ont un engagement européen fort », Villepin estime que « n’importe qui ne peut pas s’improviser député européen, ça ne s’apprend pas en un jour ». Certains ou certaines se sont-ils sentis visés ? Sans dire « je », ni citer le nom de Nicolas Sarkozy, il critique férocement la politique européenne de la France. « La simple initiative ne suffit pas, lâche-t-il. On ne règle pas une crise en étant en initiative. » La gestion de l’Europe « par intermittence », « à éclipse », n’est pas non plus « la solution ».

Interrogé sur le maintien du libéral José-Manuel Barroso à la tête de la Commission, Villepin s’amuse : « On a toujours intérêt à renouveler les hommes, à les rafraîchir, et pourquoi pas à les utiliser de nouveau… » En marge de la réunion, Villepin confirmera avoir déjeuné récemment avec François Bayrou, pour lequel il a « beaucoup de respect ». Il a lu son livre, « Abus de pouvoir », qui « pose un certain nombre de questions », reconnaît-il. Avant de conseiller: « Dans une démocratie, il faut avancer les yeux ouverts. »


Source: Le Parisien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article