Un calendrier de retrait d'Afghanistan à évoquer, dit D. de Villepin

Publié le par P.A.

Dominique de Villepin exclut un retrait immédiat des troupes françaises d'Afghanistan tout en jugeant que la question des priorités et de la durée de la présence française doit être posée.

Invité du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, l'ex-Premier ministre a estimé que retirer les forces françaises après l'opération qui a coûté la vie à dix soldats "serait le pire message que nous pourrions adresser aux terroristes".

"Néanmoins, il faut se poser les questions essentielles, en particulier la question des priorités de notre action en Afghanistan et de la durée de notre présence là-bas", a-t-il ajouté.

La question de la présence française en Afghanistan sera débattue au Parlement le 22 septembre.

Les ministres de la Défense et des Affaires étrangères seront entendus mardi par les députés des commissions concernées, huit jours après l'embuscade meurtrière.

Dominique de Villepin a expliqué avoir eu la conviction avec l'ancien président Jacques Chirac qu'il fallait "inscrire toute opération extérieure dans un calendrier", raison pour laquelle le retrait des forces spéciales avait été décidé en 2007.

"Au moment même où on intervient dans un pays, il faut se poser la question du retrait, ne serait-ce que pour définir les bonnes stratégies qui, le moment venu, vont permettre ce retrait", a-t-il avancé.

"Ce calendrier n'a pas à être public mais il est nécessaire de se fixer des étapes, des objectifs."

Soulignant que la lutte contre le terrorisme n'impliquait pas uniquement la guerre, l'ancien ministre des Affaires étrangères a estimé que la stratégie politique face à la crise afghane avait été "insuffisante".

"Trouvons les moyens et les clés d'une solution politique qui nous permette d'agir de façon plus indirecte, d'établir ce calendrier de retrait de façon à ne pas nous enliser dans une guerre que nous ne pouvons pas gagner sur le terrain", a-t-il dit.

"Je crois qu'on l'on ne doit pas demander à des militaires de se battre alors qu'ils ne disposent pas eux-mêmes de toutes les armes pour véritablement gagner."

Source: Reuters

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article