Ingrid Betancourt -Dominique de Villepin: Déjeuner entre amis

Publié le par P.A.



Ingrid Betancourt a déjeuné dimanche dans un restaurant parisien avec l'ex-Premier ministre Dominique de Villepin, un "ami" qu'elle avait remercié après sa libération et qui n'avait participé à aucune réception officielle en l'honneur de l'ex-otage depuis son arrivée à Paris.

L'ex-otage était accompagnée de sa mère, Yolanda Pulecio, et de sa soeur Astrid.

"Cette joie, si je voulais la partager avec quelqu'un, c'était évidemment avec lui", a déclaré Ingrid Betancourt.

De son côté, M. de Villepin a répondu aux journalistes qui lui demandaient ce qu'il ressentait: "Il n'y a pas de mots".

Ils se sont rendus ensuite à pied à l'église Saint-Sulpice (VIe), suivis d'une vingtaine de photographes et caméramans. Là, Ingrid Betancourt a prié, assise à côté de Dominique de Villepin.

L'ex-otage devait ensuite se rendre en famille dans l'église du Sacré Coeur à Montmartre. Après sa libération mercredi, ses premières paroles avaient été des prières de remerciement à Dieu et à la Vierge de Guadalupe.

Ingrid Betancourt avait aussi remercié "(son) ami Dominique de Villepin". "Parce que je sais qu'ils (lui et sa femme, Marie-Laure, NDLR) ont été avec ma famille, avec moi, pendant toutes ces années", avait-elle déclaré.

L'ancien chef de la diplomatie et Premier ministre, qui s'était personnellement investi dans la libération d'Ingrid Betancourt, n'était pas présent lors de l'arrivée de l'ex-otage vendredi à l'aéroport de Villacoublay, près de Paris, puis à la réception à l'Elysée.

Dominique de Villepin était le professeur d'Ingrid Betancourt à Sciences-Po Paris, avant de devenir un ami de sa famille.

Avant de déjeuner avec lui dimanche, Ingrid Betancourt s'était adressée en direct, sur la radio colombienne Caracol, aux otages toujours détenus par les Farc.

"Je sais que la liberté est pour très bientôt", leur a-t-elle lancé, depuis l'hôtel Raphael à Paris où elle séjourne avec sa famille, durant l'émission "Las voces del secuestro" (Les voix des otages) que les otages peuvent entendre de minuit à 5H00 du matin.

Durant toute sa captivité, qui a duré six ans et quatre mois, l'ex-otage a reçu quotidiennement des messages de sa mère, Yolanda Pulecio, via cette émission.


Source: AFP




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article