Seul en scène, D. de Villepin fait partager sa passion de la poésie

Publié le par P.A.



 


Invité surprise du Printemps des Comédiens, le festival de théâtre de Montpellier, l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a fait ses premiers pas sur scène samedi soir, pour partager sa passion de la poésie en donnant lecture de ses oeuvres favorites.

"C'est un moment que j'aborde avec une immense sérénité, à la mesure de l'humilité avec laquelle je vais vers le public", a confié M. de Villepin à l'AFP avant la représentation.

"Je n'ai aucune prétention d'acteur", at-il précisé. "Ce n'est pas un comédien qui va sur scène, c'est un homme qui veut partager une émotion, une passion et surtout une ardente nécessité de poésie".

Dès son arrivée sur la petite scène dressée en plein air, à l'ombre des pins du Domaine d'O où se déroule le festival, l'ancien Premier ministre, extrêmement concentré, a proposé aux nombreux spectateurs de suivre avec lui "un chemin de voix", avec en fond sonore le "son magique" d'une kora, sorte de harpe africaine.

Un chemin peuplé des textes de Paul Verlaine, Mahmoud Darwich, Aimé Césaire, René Char, etc., ponctué par les déambulations à New York de Blaise Cendrars, auquel l'ancien Premier ministre emprunte "Les Pâques à New York", ou par la fin tragique de Paul Celan "qui se jeta d'un pont de poésie, le pont Mirabeau".

Des poètes loin d'avoir été choisis au hasard par M. de Villepin: ils l'ont accompagné quand il occupait les fonctions de Premier ministre, peut-être à l'issue de journées difficiles, et lors de la rédaction de son ouvrage "l'Hôtel de l'insomnie", journal de ses nuits à Matignon, paru début 2008.

Surtout, "ce sont des poètes du monde entier, des poètes dont la parole est une parole diverse qui vous aide à vivre et qui dit l'autre et le monde", a expliqué M. de Villepin. Des poètes "de plain-pied dans notre vie, dans les inquiétudes de notre temps: la barbarie, l'autre, comment aller à la rencontre de l'autre dans son étonnante diversité".

"C'est là l'un des grands enjeux de la mondialisation", estime celui qui a certes quitté les responsabilités politiques, mais surveille toujours l'évolution du monde, parallèlement à son métier d'avocat international.

A l'issue de son "chemin de voix", Dominique de Villepin a souligné que ce qui l'avait poussé à faire cette lecture en public, c'était "l'amour des autres, le bonheur de partager, mais en même temps la conviction qu'il y a une urgence dans la poésie, dans les messages de la poésie pour tous ceux qui sont confrontés à des douleurs sur lesquelles ils n'arrivent pas à mettre de mots".

Source: AFP

Publié dans Discours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Et rdv place st sulpice pour la fête de la poésie !!ps la bibliographie des voleurs de feu est top !
Répondre