Dominique de Villepin dans Dimanche +

Publié le par P.A.

> Clearstream

"Je veux un procès" car "je veux la vérité" a déclaré dimanche sur Canal+ l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin affirmant avoir été "sali" dans l'affaire Clearstream où il est mis en examen.
 

"Je veux un procès, pour la vérité et pour la justice. J'apporterai la vérité des choses, l'ensemble des victimes y ont droit" et "c'est un combat que je veux mener", a-t-il affirmé.

 

M. de Villepin a estimé avoir "été sali" et a mis en cause "l'instruction qui a été faite par la rumeur". Il a notamment cité "un DVD crypté" trouvé lors d'une perquisition à son domicile sur lequel "au terme d'une enquête extrêmement longue et coûteuse" on a trouvé "mes discours diplomatiques".

 

Il a également cité la découverte d'un ordinateur "dans les sables à Beyrouth". "Cet ordinateur devait m'accabler, il ne contient rien qui me concerne", a-t-il affirmé.

 

"Je veux savoir deux choses dans cette affaire, qui a falsifié les listings et pourquoi? et je veux savoir aussi qui a instrumentalisé le dossier, qui a fait pression sur ce dossier", a-t-il lancé.

 

"Ce n'est pas une affaire politique, c'est une affaire financière et industrielle" a-t-il assuré.


> Rétention de sûreté


L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a qualifié dimanche sur Canal + "l'étonnante question de la rétention de sûreté" de "monstruosité sur le plan juridique".

"Cette loi porte atteinte à l'idée que nous nous faisons de cette justice", a-t-il déclaré.

L'ancien ministre de la justice socialiste Robert Badinter "a parfaitement raison quand il dit: +nous avons une justice de responsabilité+" et qu'il ne faut pas "passer à une justice de sûreté", a poursuivi M. de Villepin.

"Chacun voit bien le risque à voir le judiciaire contre le constitutionnel", selon lui. "Dans notre droit, le Conseil constitutionnel, c'est la clef de voûte. A partir du moment où les sages ont parlé, cette décision s'applique", a-t-il lancé.

> Les grands principes Républicains

Il a souhaité "que l'on évite de diviser les Français" sur cette question comme sur celle de la laïcité.

"Il faut de la vigilance, la République est un bien précieux" et "il faut éviter toute dérive, toute tentation" a-t-il assuré.

"Sur la laïcité je ne transige pas, je ne comprend pas pourquoi nous ouvrons la boîte de Pandore de la laïcité, alors que c'est une des forces de notre société", a-t-il plaidé, faisant allusion notamment à la récente polémique sur les propos de la directrice de cabinet du président, Emmanuelle Mignon sur les sectes.

Il s'est également déclaré "inquiet de certaines dérives et tentations" en matière de politique étrangère, citant "le retour de la France dans l'Otan" et "un engagement inconsidéré sur les théâtres extérieurs, ou en tout cas non justifiés".

> L'UMP

Dominique de Villepin a aussi estimé que pour que "l'UMP existe", il faut qu'elle ait son "autonomie", "sa place propre" avec "un président élu".

"Si l'on veut que l'UMP existe, il faut que l'UMP ait sa place propre, son autonomie, sa liberté propre avec un président élu", a déclaré M. de Villepin.

Aujourd'hui, "il n'y a malheureusement pas d'UMP" et "quand on fait le choix de ne pas avoir de président de l'UMP, on a le risque d'avoir une majorité très absente", a-t-il lancé.

"Nicolas Sarkozy a été président de l'UMP, il a fait vivre ce mouvement" et "la possibilité pour Nicolas Sarkozy de devenir président de la République s'est inscrite dans une évolution politique", a-t-il rappelé.

Pour lui, "un des problèmes aujourd'hui, c'est qu'il n'y a pas assez de voix capables de dire les choses" et "qu'on ostracise ceux qui disent des choses en les désignant comme des opposants".

>Paris

A propos des élections municipales, Dominique de Villepin a jugé qu'à Paris, "Bertrand Delanoë a été un bon maire pendant toutes ses années". Et, si "Françoise de Panafieu est une femme de qualité, d'expérience", il a indiqué qu'il voterait "local".

"Je voterai pour celui qui sera le mieux à même de relancer Paris", a-t-il déclaré.


Source: D'après AFP

 

 

 

 

 

Publié dans Interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article