Brèves de Belgique

Publié le par P.A.


La "politique de civilisation" désormais chère au Président ? Dominique de Villepin fronce le sourcil. "J'ai beaucoup d'estime pour Edgar Morin (le philosophe auquel le concept est emprunté), mais j'aimerais mieux que l'on parle d'une politique “des” civilisations. Il n'y a pas de droit à s'arroger “la” civilisation."

L'ancien premier ministre sait gré à son ancien rival d'avoir engagé des réformes importantes. "Revoir le temps de travail, c'était nécessaire", dit-il. Il l'encourage à aller de l'avant pour réformer l'éducation, la recherche, les universités. Mais pour aussitôt mettre le Président en garde contre une boulimie de réformes menées tambour battant.

 

"La France est dans une période difficile de son histoire. Il faut toujours s'assurer que les Français gardent confiance. Le risque, si on se disperse, c'est de susciter l'inquiétude, surtout si l'on s'attaque à des réformes qui peuvent dresser une partie de la France contre l'autre. Et un pays qui a peur, c'est un pays qui se crispe. La difficulté, c'est de vouloir tout réformer en même temps. D'autant que les résultats ne sont jamais immédiats."

 

A propos de résultats, Dominique de Villepin ne cache pas le peu d'enthousiasme que lui inspire le principe de faire évaluer les ministres du gouvernement par un cabinet privé. "Un ministre doit lui-même se livrer à un exercice quotidien d'autoévaluation. L'évaluation, ce n'est certainement pas quelque chose que l'on peut confier à un cabinet privé. De toute façon, au bout du compte, c'est le peuple qui juge", tranche-t-il.

 

Avant que l'ancien premier ministre se fasse encore beaucoup plus piquant. "Quand je dirigeais le gouvernement, c'est simple, j'ai pu constater que les ministres les plus populaires n'étaient pas toujours les plus efficaces." Il ne dira pas, bien entendu, s'il fait allusion à son ancien ministre de l'Intérieur...

 

Dominique de Villepin met actuellement la dernière main à un livre qui racontera ses deux ans à Matignon. Le titre s'annonce déjà révélateur : L'hôtel de l'insomnie. C'est que l'homme plaide pour un "devoir de gravité" en politique et décrit un climat d'inquiétude intérieure permanente dans l'exercice du pouvoir. Un concept qui paraît en total décalage avec le style du nouveau locataire de l'Elysée.

 

Comment juge-t-il d'ailleurs la "pipolisation" actuelle et la communication faite autour de la vie privée de Nicolas Sarkozy ? Sans langue de bois. "Si vous appréhendez Napoléon sous le seul angle de Joséphine ou de Marie-Louise, vous n'irez pas très loin. S'attarder à ces choses-là permet peut-être de mieux comprendre l'homme. Mais cela ne dit rien de son action. Vingt ans après, au regard de l'histoire, il n'en reste que de l'écume."

 

Et de se faire plus vif encore : "La communication, ce n'est pas de la politique. C'est une vérole. Il faut mettre de côté ces écrans de fumée, ces volûtes. Distinguer l'essentiel de l'accessoire."

 

Et puisque le voici dans la peau du rédacteur en chef d'un jour, il pose son regard sur la presse française. Un problème d'hyperconcentration et de mainmise des groupes industriels ? Il acquiesce. "Ce qui donne une oscillation permanente entre un excès de servitude et un excès de lynchage." Mais que l'on n'en conclue pas qu'il parle d'expérience, depuis sa mise en examen dans l'affaire Clearstream…

Source: Le Soir

Publié dans Action gouvernementale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article