Dominique de Villepin apporte "son soutien plein et entier" au gouvernement

Publié le par P.A.

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a apporté mardi son "soutien plein et entier" au gouvernement pour la réforme des régimes spéciaux de retraite et des universités, appelant à ne "surtout pas faire machine arrière" sur ces deux réformes "essentielles pour notre pays".

Il ne faut pas "faire machine arrière. Rien ne serait pire que de se contenter, par souci tactique, pour donner satisfaction à tout le monde, y compris à la rue, que de se satisfaire de demi-réformes", a déclaré M. de Villepin sur Canal+. Il a appelé à "ne pas faire de concessions qui vident les réformes de leur substance".

"Il faut avancer avec détermination", a poursuivi l'ancien Premier ministre en affirmant que, pour sa part, il apportait son "soutien plein et entier à l'action du gouvernement et du président de la République". "J'ai été critique depuis plusieurs mois parce que je pensais qu'à bien des égards la politique du gouvernement et du président de la République était à contre-temps" comme pour le paquet fiscal, a reconnu M. de Villepin. Mais aujourd'hui, les réformes engagées "sont essentielles pour notre pays".

Il a estimé que "la première exigence" pour réussir "c'est une majorité unie", notant qu'il n'avait pas "eu cette chance-là" pour le CPE lorsqu'il était à la tête du gouvernement. La deuxième exigence, c'est qu'"il faut avoir le peuple convaincu et déterminé en soutien de ces réformes", a-t-il ajouté. Il a déploré "un handicap dans notre pays, c'est que les partenaires sociaux sont faibles et, ils sont en permanence débordés par la rue". (Déclaration sur canal +, mardi 13 novembre)

Source: AFP


Quand de grandes réformes sont entreprises pour faire bouger notre pays, il faut en effet savoir être unis pour les faire aboutir. Apportons notre soutien sans faille au gouvernement ,à cette modernisation de notre pays. Il faut laisser de côté toute stratégie purement politicienne qui ne servirait pas notre pays. Prenons à contre-pied la façon de faire de Nicolas Sarkozy qui, pendant la crise du CPE, alors qu’il avait lui-même, le premier, préconisé ce type de contrat de travail, non seulement  en pointa soudain l’inanité et exigea son retrait, mais, en outre, incita l’un des leaders de la révolte etudiante à « tenir bon ». Il s’agissait, évidemment par ce comportement ridicule et égoiste, d’achever Dominique de Villepin. Montrons tous ensemble que l'intêret de la France est notre moteur et que les intêrets personnels n'ont pas leur place ici.
Il nous faut, au coté de Dominique de Villepin et de l'ensemble de la majorité, faire tout notre possible pour soutenir ces chantiers majeurs.

P.A.

 

Publié dans Action gouvernementale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bonjour, à vous !Ci-dessous, au cas où vous n'aurez pas vu l'agité en action chez Bush, le lien vers la vidéo relative à la réception organisée par l'AJC ( American Jewish Committee) en l'honneur de sa majesté Sarkozy 1er. Etrangement, on n'a pas vu ces images dans nos médias français, comme je le rappelais dans un billet récent. Et pour cause, on  ne peut pas  admettre que  l'Etat français  se compromette de la sorte en se rangeant délibérement dans ce que des voyous ont baptisé " axe du bien". On en voit les conséquences dans le chaos sanglant au Proche Orient ( Irak, Liban, Palestine...). Au delà de la participation du chef de l'Etat à une réunion de juifs communautaires, ce qui est en contradiction avec les principes de la République, ce qui est aussi choquant, c'est que l'on entende Sarkozy s'attaquer ouvertement à son prédécesseur au ministère de l'intérieur. De qui s'agit-il ? On croit savoir que les remarques acerbes du locataire de l'Elysée s'adressent à Dominique de Villepin, l'homme dans le collimateur des néoconservateurs qui n'ont pas supporté le discours à l'ONU, celui dans lequel la France s'opposait à l'aventure coloniale en Irak: " Et c'est un vieux pays, la France, un vieux continent comme le mien, l'Europe, qui vous le dit aujourd'hui, qui a connu les guerres, l'Occupation, la barbarie. Un pays qui n'oublie pas et qui sait tout ce qu'il doit aux combattants de la liberté venus d'Amérique et d'ailleurs. Et qui pourtant n'a cessé de se tenir debout face à l'Histoire et devant les hommes. Fidèles à ses valeurs, il veut agir résolument avec tous les membres de la communauté internationale. Il croit en notre capacité à construire ensemble un monde meilleur Dominique de VILLEPIN, discours à l'ONU le 14 février 2003Aujourd'hui, parce qu'il est évident que la collusion entre Sarkozy et les "médias"  fait que les Français prennent les vessies pour des lanternes, il est temps de  réagir avant que l'armée Française ne se retrouve embarquée dans une guerre en Iran, ce qui conduirait forcément à des représailles "islamistes" sur le sol national. Désormais, il convient de dénoncer les gesticulations de Sarkozy et ses petits copains qui préparent par des manoeuvres subliminales l'opinion publique à accepter le pire, c'est à dire la guerre, selon le professeur ès guerre Bernard Kouchner. Accepter l'inacceptable, c'est être complice de la rupture symbolisée par un homme qui n'a jamais caché qu'il voulait liquider tout de qui a fait jusqu'ici  l'originalité de la diplomatie Française. A bientôt sur www.alert2neg.com A2N
Répondre