Quand la critique est nécessaire

Publié le par P.A.

On a coutume de dire que la critique est aisée mais l'art quant à lui est difficile. Malheureusement ce dicton correspond parfaitement à l'action de Nicolas Sarkozy. On constate dans la plupart des domaines son incapacité chronique a agir rééllement et son manque flagrant de discernement dans les dossiers où il agit. Le dossier Iranien est le dernier avatar de ce triste constat, le gouvernement se prononce sur des points cruciaux sans tenir compte des autres possibilités, tout çà dans une vision à court terme. Les exemples dans ce sens sont légion, toujours naviguer à vue pour plaire à certains sans grande vision pour notre pays. L'art est vraiment difficile pour Nicolas Sarkozy.
Logiquement, face à cet état de fait la critique en devient plus qu'aisée. La tentation serait de critiquer pour le plaisir de s'opposer comme le font les socialistes. Leurs attaques visent quasi uniquement "l'hyper-présidence" jouée par Nicolas Sarkozy, on a là une simple remise en cause sur la forme et aucunement constructive. Finalement si derriere cette omniprésence médiatique se dessinait une véritable action, cet aspect ne serait pas totalement condamnable. Mieux vaut un Président qui s'occupe de tout qu'un Président qui ne s'occupe de rien.  Plus généralement, on entend aucune contre-propositon ou aucun conseil valable venant de la gauche peut être trop absorbée par ses conflits internes. La critique est pourtant nécessaire à la démocratie.
L'important pour une critique est d'être constructive, seul moyen pour elle d'être utile. Face à ce vide d'idée de la majorité et de l'opposition, Dominique de Villepin a trouvé la meilleure voie qui soit, il a choisi la voie de la proposition. "On a volontiers dit que j’étais le chef de l’opposition. Ce que je veux être, avec tous ceux qui ont des idées, c’est le chef de la proposition.", ces propos résument à la perfection ce dont la France a besoin: des idées pour avancer et construire. Car avec Dominique de Villepin, il s'agit bien de mettre en avant des arguments pour améliorer les choses et faire bouger les lignes. En regardant de plus près chacune de ses déclarations, on s'aperçoit rapidement que ses propos éclairés à la lumière de son expérience, sont autant de pistes pour aider le gouvernement à avancer. Contrairement à d'autres critiques, Dominique de Villepin partage la volonté de voir le gouvernement réussir car il en va de l'interet de la France. Ainsi en matière économique, en matière sociale, en matière internationale, ou encore au niveau des institutions il donne au gouvernement de véritables clés pour arriver au succès. Cette tâche est rendue plus ardue par la surdité d'un executif trop sûr de lui et coupé des réalités. Il est pourtant plus que nécessaire à un gouvernement de se nourrir d'avis différents pour trouver des solutions nouvelles et originales, ce n'est pas ce semblant d'ouverture qui va apporter des points de vue différents. Derriere la diversité de façade se cache en réalité une unanimité, encore l'esprit de cour...
Souhaitons que la majorité en place sache écouter cet aiguillon salutaire qu'est notre ancien Premier ministre. Elle doit comprendre que les opinions différentes ne sont pas des agressions à la toute-puissance de notre président mais au contraire une chance réélle dont il faut savoir tirer le meilleur parti. Dominique de Villepin doit tenir dans ce rôle d'empecheur de danser en rond, malgré les propos de l'UMP. Son expérience et son intelligence servent à notre pays et à la démocratie. La droite doit mieux utiliser ses talents pour ne pas entrer dans le jeu de la pensée unique qui est toujours fatal. Au coté de Dominique de Villepin, faisons entendre une voix différente pour avancer tous ensemble.

P.A.

Publié dans Mes notes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article