Plaidoyer

Publié le par P.A.

Et si au lieu d'être une machination l'affaire Clearstream n'était qu'une histoire de cornecul montée en épingle comme une mauvaise crème chantilly ?
Pour répondre à cette question, il faut reprendre le feuilleton depuis le début. Un scénario abracadabrantesque dans lequel on retrouve un ancien chef du gouvernement mis en examen dans un dossier où son ministre de l'Intérieur devenu depuis président de la République, est partie civile. On voit d'ici l'imbroglio.
Un imbroglio que justement Dominique de Villepin, libre de ses mouvements et de ses paroles, depuis qu'il est redevenu un simple citoyen, a entrepris de décortiquer point par point, afin d'amener les juges Jean-Marie d'Huy et Henri Pons à se demander quel rôle ils jouent dans ce jeu de massacre politique.
Car désormais Dominique de Villepin peut organiser sa défense. Déterminé à laver son honneur, résolu à éclairer les dessous de ce ténébreux scandale, il a étudié le dossier comme personne - à l'exception peut-être des magistrats instructeurs - ne l'avait fait avant lui. Cela lui a permis de bâtir un argumentaire détaillé qu'il vient de livrer aux deux juges. Un argumentaire dans lequel il se défend de toute implication dans un complot anti-Sarkozy.
On sait que la politique est un monde sans pitié propice aux coups tordus. Mais en démontant ce drôle de puzzle où l'on retrouve des éminences situées au plus haut sommet de l'Etat, un corbeau, un as du renseignement à la retraite et des personnages de moindre envergure, Dominique de Villepin pose la vraie question : comment une affaire industrielle est-elle devenue politique ?
En contre-attaquant après avoir longtemps encaissé, celui qui est devenu le premier opposant à Nicolas Sarkozy montre qu'il n'a pas du tout l'intention d'être le dindon d'une méchante farce qui tient à la fois du cirque et de l'affaire d'Etat.
Décidé à se battre pied à pied afin de prouver qu'il n'a pas lancé ces boules puantes, ni fomenté l'affaire, Dominique de Villepin invite les juges à reprendre les choses par le bon bout. Sa démarche n'est pas vaine. Elle est même empreinte d'un certain panache. Reste à savoir si son plaidoyer va permettre de faire un grand pas vers la vérité ?

Source: Pierre TARIBO | L'Est Républicain
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Je prépare pour mes 3 ans d'adhésion à l'UMP un grand  dossier d'aprés le recueil des témoignages de militants.Cela me permettra également de faire le point, et de faire partager nos expérienceshttp://resistancegaulliste.hautetfort.com/
Répondre