Fillon et la difficulté d'être à la hauteur de sa fonction

Publié le par P.A.

Concernant François Fillon, il existe des doutes mais aussi et surtout des certitudes.
Les doutes concernent ses capacités à diriger le gouvernement et ses compétences pour cette tâche. En effet les quelques semaines de prise de fonction ne laissent pas présager du meilleur. On est bien loin du temps de l'action de son prédecesseur, trois semaines ont déjà été perdues et la situation ne semble pas vouloir changer. Monsieur Fillon semble préférer mener campagne plutôt que travailler pour la France, c'est tellement plus facile de ne rien faire!
Dans un discours devant les parlementaires UMP, il a déclaré "La morale, comme le courage politique, l'imposent : le Premier ministre doit être un élu du peuple". Cette attaque contre Dominique de Villepin est aussi basse qu'infondée. Basse, tant en observant l'excellent bilan de Dominique de Villepin, sans doute l'un des meilleurs de la Véme République, on voit que l'élection n'apporte rien de plus pour le Premier ministre. De plus Dominique de Villepin et lui appartiennent à la même famille politique. Infondée ensuite quand on sait que constitutionnellement le Premier ministre doit sa légitimité à sa nomination par le Président de la République et au soutien de sa politique par l'Assemblée Nationale et certainement pas au vote d'une poignée d'électeurs ne representant que leur circonscription, car définitivement la Sarthe n'est pas la France! Il y a également dans cette démarche le plus grand manque de respect pour ses électeurs sachant qu'il démissionnera immédiatement de son poste de député. Le respect et F. Fillon çà fait bien souvent deux, il est vrai... La seule chose que les Français attendent de lui comme de tous les Premiers ministres c'est bien l'action, espérons que le temps de l'action va rapidement revenir à la tête de l'Etat.
Les certitudes concernent la personnalité de François Fillon, et en particulier la rancune, et la frustration qui en est le corollaire. Depuis son éviction du gouvernement en juin 2005, François Fillon garde une dent contre Jacques Chirac et Dominique de Villepin. Ainsi on assiste à une multiplication des piques infondées  contre le précédent duo exécutif. Par exemple, il a affirmé publiquement que la victoire de Nicolas Sarkozy à la Présidentielle était aussi une victoire "contre" l'ancien président et l'ancien chef de gouvernement.Bruno Le Maire, ancien directeur de cabinet de M. de Villepin à Matignon, a exhorté hier M. Fillon à "ne pas faire de faux procès à qui que ce soit". "N'opposons pas ce qui a vocation à être rassemblé et ce qui a été rassemblé par Nicolas Sarkozy lui-même", a-t-il intelligemment insisté.A Nice, nouvelle attaque contre le couple Chirac-Villepin. "Il n'y a plus d'un côté le président de la République qui ne s'exprime que le 14 juillet et le 31 décembre, et le Premier ministre qui gouverne au jour le jour", a-t-il lancé. "Non, il y a désormais un patron qui, avec son Premier ministre, s'engage et assume la direction du pays".

Récemment, à un militant UMP chiraquien qui juge le nouveau chef de l'Etat "beaucoup trop fort" et qui exprime ses craintes face à un homme "qui a éliminé politiquement l'ex-Premier ministre dans la course à la candidature" avec "l'affaire Clearstream" et qui a "mis sur la touche le président Chirac", il répond d'abord : "Nicolas Sarkozy, c'est un démocrate, c'est un républicain, c'est quelqu'un qui a toujours gagné ses galons en allant devant les électeurs, jamais ailleurs".Avant d'ajouter : "Vous avez raison de dire qu'il a gagné contre Villepin, qu'il a gagné contre Chirac, mais comment il a gagné ? En étant meilleur qu'eux, c'est tout". "Si M. de Villepin avait voulu se présenter à l'élection (interne) à l'UMP, il aurait pu le faire". "Je ne sais pas s'il aurait gagné. Je n'en suis pas sûr", a-t-il ironisé.
M. Fillon n'a jamais digéré d'avoir été congédié en 2005 lors de la constitution du gouvernement Villepin. Il devrait pourtant savoir que les Ministres ne le sont pas à vie et qu'il y a une certaine obligation de résultat. M. Fillon est plus intéressé par le pouvoir pour le pouvoir que par le service d'une mission. Il lui rste encore du chemin à parcourir pour être à la hauteur de sa fonction. Au lieu de toujours critiquer Dominique de Villepin qui semble hanter ses pensées, il ferait mieux de s'inspirer de lui.

Publié dans Mes notes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Tout à fait en phase avec votre billet P.A.. Comme je l'ai écrit sur une autre blog, Fillon, en crachant sa haine contre DDV et Chirac (injustifiée), insulte une partie des Français. Il ne se grandit pas. Il montre qu'il n'est pas un homme d'envergure, encore moins un homme d'Etat.
Répondre