Villepin veut s'éloigner

Publié le par P.A.

Politiquement parlant, l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy a fait une victime : Dominique de Villepin. Il est loin le temps où il apparaissait comme un rival de celui qui vient d'être élu à la présidence de la République. Cette semaine, le Premier ministre achève de faire ses cartons. Ensuite il remettra sa démission à celui qui l'a nommé, en l'occurrence Jacques Chirac. Ce sera le mercredi 16 mai, juste avant la passation de pouvoir Chirac-Sarkozy. Il ne restera plus alors à Dominique de Villepin qu'à attendre la nomination par Nicolas Sarkozy de François Fillon au poste de Premier ministre.

La tradition veut que le Premier ministre sortant accueille son successeur et que celui-ci le raccompagne ensuite sur le perron de Matignon. Comment sera l'atmosphère entre les deux hommes ? De 2002 à 2005, François Fillon était ministre dans le gouvernement Raffarin et en juin 2005 Dominique de Villepin n'avait pas voulu le garder. C'est peu de dire que François Fillon lui en a voulu. Cela n'a pas empêché l'actuel Premier ministre de lui téléphoner la semaine dernière pour le féliciter de sa remarquable participation à la campagne de Nicolas Sarkozy.

Le 5 mai, Dominique de Villepin avait, d'ailleurs, pris un petit déjeuner de plus d'une heure avec Nicolas Sarkozy lui-même. Il en a retenu que celui qui allait être élu le lendemain Président de la République montrait "une grande volonté d'ouverture et surtout de rassemblement". Il n'y a cependant guère de raison pour que le nouvel hôte de l'Elysée éprouve un jour le besoin de faire appel à quelqu'un qu'il considère comme ayant tout fait sans y réussir pour l'empêcher de devenir Président. Rien que le séjour de Nicolas Sarkozy à "La Lanterne" ce week-end est apparu comme un souci d'écarter toute faveur. Cette résidence attenante au parc du château de Versailles est réservée aux Premiers ministres ; Dominique de Villepin et son épouse avaient projeté d'y aller une dernière fois les 12 et 13 mai. Seulement, le nouveau Chef de l'Etat a fait savoir qu'à ces dates-là, il désirait s'y installer. Dominique de Villepin a du s'incliner ; il a même établi une version officielle selon laquelle c'est lui qui avait proposé à Nicolas Sarkozy de profiter de cet endroit.

Avec le sens du panache qu'on lui connaît, le Premier ministre explique désormais que, de toute façon, il n'a jamais eu l'intention de s'incruster dans la vie politique. "Vous me voyez, après avoir quitté Matignon, me promener avec une étiquette sur laquelle serait marqué ancien Premier ministre ?" demandait-il vendredi dernier lors d'une dernière rencontre informelle avec la presse. Tout au plus, Dominique de Villepin envisage d'aller soutenir "quelques amis" lors de leur prochaine campagne législative. Parmi eux, Bruno Lemaire, son directeur de cabinet à Matignon, qui se présente à Evreux dans la circonscription où était élu Jean-Louis Debré.

Après cela, Dominique de Villepin affirme n'avoir rien de prévu. Il se félicite d'avoir su tout au long de ses années de pouvoir entretenir une vie parallèle d'écriture et de contacts avec le monde des arts. Il a donc l'intention de voyager, de rencontrer des peintres et d'écrire. Ayant été chef du gouvernement, il pourra disposer d'un secrétariat et d'une voiture de fonction. Mais d'emblée, il annonce que, dans Paris, il préfère marcher ou prendre le bus. Il raconte que c'est dans le bus qu'en 1980, il a rencontré celle qui est devenue sa femme. C'était le bus 84 qui va du 17e arrondissement à la rue d'Assas. Un bus que le poète Raymond Queneau prenait souvent. Voilà les références vers lesquelles Dominique de Villepin dirige sa conversation ces jours-ci.

Source: www.rtl.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article