Dominique de Villepin: derniers jours à Matignon

Publié le par P.A.

 

ddvelys.jpg

La droite est aujourd'hui la seule capable "d'apporter des réponses nouvelles, inventives et efficaces", estime Dominique de Villepin, qui souhaite que Nicolas Sarkozy et son gouvernement "ne perdent pas un seul jour dans l'action au service de nos compatriotes".

"Pour la première fois depuis trente ans, les Français ont choisi de reconduire une majorité politique sur la base d'un bilan concret et visible", a souligné le Premier ministre lors d'une rencontre avec la presse au cours de laquelle il a dressé le bilan de son action à Matignon depuis juin 2005. Sans amertume apparente, le chef du gouvernement sortant, qui estime que le bilan de ses deux années à Matignon a en effet contribué à la victoire de Nicolas Sarkozy, a vanté ses résultats sur le front du chômage, priorité absolue de son action. Avec une baisse de deux points en deux ans, "le chômage est à son taux le plus bas depuis 25 ans", a-t-il noté. Il a comparé ce résultat à celui de la Grande-Bretagne, qui a mis "dix ans à le faire baisser de trois points".

"C'est une chance pour notre pays, qui va poursuivre son effort de modernisation sans retour inutile en arrière, sans remise en cause des progrès accomplis", a-t-il ajouté.

"La victoire de Nicolas Sarkozy nous offre la possibilité d'accélérer la modernisation de notre pays qui a été menée depuis cinq ans sous la conduite de Jacques Chirac", a-t-il réaffirmé, tout en réservant son jugement sur la manière dont le président-élu exercera son mandat.

"L'exercice du pouvoir n'est pas la conquête du pouvoir", a-t-il confié à des journalistes. "Il n'a pas commencé, nous verrons, je ne préjuge pas".

"Je pense que nous sommes aujourd'hui les seuls capables d'apporter des réponses nouvelles, inventives et efficaces" dans "des champs d'action qui ne sont pas traditionnellement ceux de famille politique", a affirmé Dominique de Villepin .

"La lutte contre les discriminations, la réforme de l'éducation prioritaire, la situation des quartiers sensibles, le logement social sont autant de questions sur lesquelles j'ai voulu mettre l'accent parce que je suis convaincu qu'elles ne doivent pas être réservées à la gauche", a-t-il dit.

Les Français, a-t-il jugé, "entendent que nous nous attaquions aux blocages les plus profonds de société".

"C'est ce que j'ai voulu faire en proposant le CPE pour remédier au chômage des jeunes les moins qualifiés", a poursuivi Dominique de Villepin, qui a une nouvelle fois défendu son projet avorté de contrat première embauche.

"C'était, et cela reste à mes yeux, un chantier essentiel qui ne doit pas être sans cesse remis à plus tard. C'est vrai, j'ai voulu aller vite, peut-être trop vite", a-t-il concédé dans une dernière autocritique.

"Aller vite", c'est le conseil que prodigue toutefois le Premier ministre sortant à Nicolas Sarkozy et à son successeur à Matignon.

"Les Français espèrent, ont besoin que l'on passe à une vitesse supérieure", expliquait-il à des journalistes.

Ainsi Dominique de Villepin a-t-il souhaité organiser "une véritable transmission républicaine" pour "faciliter la tâche" des nouveaux arrivants. "Un état des lieux précis de l'action accomplie, des réformes en cours, et des priorités pour la nation" sera à leur disposition. Intitulé "transmission républicaine", un document sans précédent dans l'histoire républicaine a pour objectif de "garantir une passation des pouvoirs la plus ordonnée possible dans l'ensemble des ministères", écrit le Premier ministre dans la préface.

Ils disposeront "également de toute l'information nécessaire sur les grands dossiers industriels qui intéressent particulièrement les Français".

Nicolas Sarkozy, qui entrera en fonction le 16 mai, est par ailleurs tenu informé "depuis plusieurs jours" des réunions quotidiennes à Matignon concernant la situation de l'otage français prisonnier en Afghanistan.

Dominique de Villepin a précisé avoir eu au téléphone François Fillon, pressenti pour lui succéder. Un chef de gouvernement doit faire montre de "persévérance, de continuité dans l'action, de beaucoup de prévoyance", a-t-il noté.

Il a indiqué qu'il présenterait sa démission à Jacques Chirac "quelques heures avant" la passation de pouvoirs entre le président sortant et son successeur. Mais il n'a donné aucune indication sur son avenir personnel. "Je n'en ai aucune idée", a-t-il affirmé. Cet avenir sucite beaucoup d'interrogations dans le monde politique. Connaissant la personnalité de Dominique de Villepin, on ne peut qu'être sûr qu'il va encore faire de grandes choses.

"Il est important de tourner une page. Je tourne une page. Après, j'en écrirai une autre", a-t-il poursuivi. "De toute façon, je continuerai à voyager et à suivre les grands problèmes internationaux." Le Premier ministre a achevé la rédaction d'une série sur Napoléon, qui sortira en septembre.

Une chose est sûre: le Premier ministre part en forme. Il a confié avoir fait vendredi matin le dernier "test d'effort" pour surveiller son rythme cardiaque. "La machine a sauté. Bonne nouvelle: je pourrai reprendre mon entraînement des 100 kilomètres et préparer un prochain marathon", a plaisanté M. De Villepin.

Source: D'après agences

Publié dans Action gouvernementale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Depuis 3 mois j'ai ouvert un blog politique sur http://desirsdavenir86000.over-blog.net/ Ce blog est consacré à Ségolène Royal qui va sans doute devenir prochainement la chef de l'opposition et elle sera sans doute notre candidate pour les élections présidentielle de 2012.Venez nombreux voir ce blog malgré vos appartenance politique,il est ouvert à tout le monde.Pourriez vous mettre un lien vers mon blog s'il vous plait!!!Nous vous remercions tous pour cette belle campagne présidentielle et nous remercions Mme Ségolène Royal qui a fait une très bonne campagne et qui a su nous redonner le goût de la politique.Vous pouvez dès maintenant vous abonnez à la Newsletter.
Répondre