Les hauts et les bas de la politique (extrait)

Publié le par P.A.

ddv.jpg

Dominique de Villepin, le grand blessé de Matignon, tient son ultime conférence de presse. Dans le genre lacrymal, on pouvait craindre le pire tant la maison, réputée difficile, a produit d'ambitions déçues, un vrai massacre ! Mais le soleil est au rendez-vous. Il chauffe la salle du conseil dans laquelle une cinquantaine de journalistes ont pris place. Et Villepin n'est pas du genre à s'appesantir sur ses échecs. Tout à « sa passion pour la France », il a déjà enfourché d'autres combats dont on peine encore à se faire une idée précise. « On a plusieurs vies, il faut être à la hauteur de chacune d'elles », lance-t-il énigmatique sous le regard attendri de sa femme qui l'observe du fond de la salle. Sa force, à cet instant précis, est de la jouer décalé : il n'est pas allé quémander une circonscription à son grand rival Nicolas Sarkozy pour assurer sa survie politique. « Il faut savoir rester vivant, ensuite c'est la vie qui tranche. » Il récuse la théorie du recours : « J'ai toujours admiré à quel point les étagères étaient pleine de recours. » Mais sur le fond, il ne concède rien : la France n'est grande que rassemblée. C'est son message pour aujourd'hui et pour demain.


Source: Les Echos

Publié dans 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> BLOG (fermaton.over-blog.com) No-27)-FRANC À ALICE<br /> <br /> <br /> La crise de la France ?<br />
Répondre